0722 Brulotte

Crédit : Photo courtoisie, Christian Richard

Baseball

LBJÉQ : Le Royal souhaite gagner à la mémoire de Flavio

Publié | Mis à jour

Danny Prata présente la même passion que celle de son défunt père Flavio lorsqu’il est question de baseball. Étant son digne successeur à la présidence du Royal de Repentigny, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec, celui qui a longtemps été joueur et entraîneur évoque un grand souhait : honorer la mémoire du paternel en remportant le prochain championnat.

«Je n’essaie pas de remplacer mon père, ce serait impossible, il a été là pendant plus de 30 ans, mais je fais de mon mieux pour continuer, confie-t-il, à propos de l’ancien président, décédé en octobre 2020 alors qu’il avait 71 ans. Mon père a connu les temps durs du baseball junior à Repentigny, mais il a bâti quelque chose de bien et m’a laissé ça sur un plateau.»

Dans la dernière semaine, le Royal a bien entamé la saison avec deux victoires à domicile, sur le terrain du parc Champigny qui porte désormais le nom de Flavio-Prata. Si la campagne est encore jeune, cela donne espoir au club de Repentigny de remporter un quatrième championnat, après ceux de 2012, 2016 et 2017, à l’époque où Danny était un fougueux entraîneur.

«Le baseball, j’ai toujours ça en dedans de moi, mais je suis super bien, j’adore mon poste de président, assure Danny, savourant le fait de pouvoir passer un peu plus de temps avec sa fille âgée de 4 ans. Je suis bien entouré avec un très bon personnel, dont le directeur général Marc-André Ronda et l’équipe d’entraîneurs. J’ai autour de moi des gens en qui je peux faire confiance. Ils ont de l’expérience et ils mettent du temps parce qu’ils adorent ça.»

Passions communes

Ronda, qui a aussi fait ses classes au hockey à titre d’entraîneur-chef des Gaulois de Saint-Hyacinthe, au niveau midget AAA, se montre confiant. Il estime toutefois que d’autres formations seront à surveiller dans la LBJÉQ cette saison, dont les Ducs de Longueuil.

«On a fait des acquisitions dans le but d’offrir des munitions à notre équipe, affirme Ronda, vantant à son tour le groupe d’entraîneurs mené par le gérant Mathieu Granger. Ce serait spécial de gagner le championnat, mais dans cette ligue, on sait tous que ce ne sont pas des gars qui travaillent à temps plein là-dedans. Le but est de jumeler nos passions et d’avoir une chimie, autant sur le terrain qu’à l’extérieur.»

«On arrive à maturité et on veut faire un bout de chemin dans les séries, c’est l’objectif, indique pour sa part Granger. Ce que j’aimerais surtout accomplir pour le Royal, ce serait de gagner pour la famille Prata, avec Danny qui est encore dans l’organisation.»

Non sans émotion, le président boucle la réflexion : «le Royal est rendu à un point où mon père serait vraiment fier. C’est sûr et certain que j’aimerais ça qu’on gagne un championnat pour lui.»