Fanlong Meng vs Jean Pascal

Crédit : Courtoisie Harry Castiblanco

Boxe

«Ce n’est pas un deux de pique» -Jean Pascal

Publié | Mis à jour

Jean Pascal ne détesterait pas obtenir un dernier combat de championnat du monde avant d’accrocher ses gants pour de bon. Toutefois, avant de penser à un choc majeur, il doit sortir victorieux de son duel contre Fanlong Meng.

Il est bien conscient de l’ampleur de la tâche qui l’attend dès la première cloche.

• À lire aussi: Les Québécois devront faire mentir les experts

• À lire aussi: Jean Pascal respecte la limite de poids

«Ce n’est pas pour rien qu’il [Meng] est aspirant no 1, a expliqué Pascal. Il a les qualités requises. Ce n’est pas un deux de pique. Ce ne sera pas un combat facile.»

«J’en ai vu des vertes et des pas mûres durant ma carrière. Je suis invaincu contre les gauchers et en sol floridien. J’ai l’intention que ça demeure ainsi.»

Le Chinois (17-0, 10 K.-O.) est un boxeur méconnu dans la division des 175 lb. C’est un grand gaucher qui a participé aux Jeux olympiques de Londres en 2012. Il ne possède pas une feuille de route spectaculaire chez les amateurs, mais il possède des habiletés intéressantes.

«Il va vouloir que je me déplace beaucoup parce qu’il pense que j’ai de vieilles jambes de 39 ans. J’ai déjà passé par là et je sais où je m’en vais. Lui, il s’en va vers l’inconnu.»

«Il ne sait pas ce qui l’attend. Ça va être à moi de l’apporter dans ce côté obscur là. Il devra prouver qu’il fait partie de l’élite.»

Une approche différente

Vous vous souvenez d’Ahmed Elbiali? C’était le nom de l’adversaire de Jean Pascal à son dernier combat en Floride. À ce moment-là, le boxeur québécois affirmait que c’était son duel d’adieu. Pour le choc contre Meng, le discours est différent.

«Je ne le vois pas comme un “do or die”, a expliqué Jean Pascal, qui n’aime pas prononcer le mot retraite. Je m’en vais sur le ring pour donner un bon spectacle.»

Pour avoir une nouvelle chance de se battre en championnat du monde, ça lui prend une victoire contre Meng. S’il venait à bout de son opposant, il deviendrait le premier aspirant à la couronne de l’International Boxing Federation (IBF).

Le détenteur de ce titre est Artur Beterbiev. Est-ce qu’on pourrait assister à un duel Beterbiev-Pascal? Ça pourrait être difficile à réaliser. Beterbiev a un horaire chargé dans la prochaine année avec un combat d’unification contre Joe Smith fils en juin et un autre potentiel contre Dmitry Bivol.

Mieux que Canelo?

Pascal a regardé quelques séquences du duel entre Canelo Alvarez et Bivol. Son constat? Il a donné une meilleure opposition à Bivol que le boxeur le plus populaire de la planète.

«Il y a trois ans, je savais que Bivol battrait Canelo, a analysé Pascal. Je crois que je me suis fait prendre par le “hype” de Canelo. Il battait tout le monde à 168 lb et il souhaitait affronter le champion unifié des lourds, Oleksandr Usyk.»

«Sur le plan technique, Bivol est supérieur. Il possède un gros bagage chez les amateurs. Il donne un gros volume de coups et il le fait avec précision. À mon avis, j’ai donné une meilleure opposition à Bivol que Canelo. Mon combat était plus serré que le pointage sur la carte des juges.»