Crédit : AFP

F1

Barcelone va-t-elle faire taire sa réputation?

Louis Butcher

Publié | Mis à jour

Après un Grand Prix de Miami plutôt monotone il y a deux semaines, le cirque de la Formule 1 s’installe au circuit de Barcelone-Catalogne, un tracé reconnu comme étant peu fertile aux dépassements.

Or, l’arrivée de la nouvelle voiture, destinée justement à alimenter les discussions sur la piste, pourra-t-elle faire taire la mauvaise réputation qu’a acquise l’escale espagnole au fil des ans ?

Les avis sont partagés à cet égard, quoique Sebastian Vettel pense que les débats pourraient être enfin plus musclés lors de la course de dimanche.

«L’effet de sol, implanté cette année, va exiger un effort physique important dans les virages plus lents et demander beaucoup de bravoure surtout dans les sections rapides, de prétendre le pilote de l’écurie Aston Martin. Je m’attends donc à un Grand Prix d’Espagne différent des précédents et surtout plus animé.»

Un gage de succès

Partir en position de tête à Barcelone est un gage de succès.

Ainsi, malgré une longue ligne droite d’un peu plus d’un kilomètre, tentante pour doubler un adversaire, 74 pour cent des pilotes qui se sont élancés premier sur la grille de départ ont accédé à la plus haute marche du podium, soit 23 fois en 31 courses.

Le Grand Prix d’Espagne sera une belle occasion pour Max Vertsappen de réduire l’écart de 19 points qui le sépare de Charles Leclerc, installé en tête du classement cumulatif depuis le début de la saison.

La plupart des observateurs s’attendent à un autre duel entre ces deux jeunes pilotes doués, au volant des deux monoplaces (Red Bull et Ferrari) les plus dominantes du plateau en 2022.

Fin de domination

Selon toute vraisemblance, la domination de Mercedes en Espagne devrait prendre fin dimanche. Depuis le début de l’ère de la motorisation hybride en F1, l’écurie allemande s’est imposée à sept reprises en huit participations.

Et cette fabuleuse séquence serait probablement intacte si Lewis Hamilton et Nico Rosberg ne s’étaient pas accrochés au premier tour de l’épreuve en 2016.

L’accident, qui avait éliminé les deux coéquipiers, devait ouvrir la voie à Verstappen pour sa première victoire en F1, alors qu’il faisait ses débuts au sein de l’écurie Red Bull.

Des évolutions fructueuses?

Ce Grand Prix d’Espagne sera l’occasion, pour bon nombre d’écuries, d’appliquer de nouvelles évolutions destinées à améliorer le comportement de leur voiture.

C’est le cas notamment de Mercedes et d’Aston Martin qui comptent sur cette sixième étape du Championnat du monde pour rattraper le terrain perdu.