Crédit : AFP

Sports aquatiques

«J’ai appris à m’écouter» -Penny Oleksiak

Publié | Mis à jour

La nageuse Penny Oleksiak est déjà, à seulement 21 ans, l’athlète olympique la plus décorée de l’histoire canadienne, avec sept médailles. Entre deux compétitions majeures, soit les derniers Jeux d'été de Tokyo et les Mondiaux qui se tiendront le mois prochain en Hongrie, l’Ontarienne assure qu’elle se porte plutôt bien. Rencontre avec une grande championne.

«Je me suis beaucoup concentrée sur ma santé mentale dans les dernières années et ça paie, j’ai simplement appris à m’écouter et prioriser les choses qui me rendent heureuses, mentionne Oleksiak, en entrevue. Je vais très bien présentement et je suis excitée pour les prochaines compétitions.»

Oleksiak, qui avait connu la gloire dès l’âge de 16 ans avec ses quatre médailles aux Jeux olympiques de Rio, parvient maintenant à mieux gérer son anxiété et son trouble obsessionnel compulsif visant la performance.

Si elle a forcément gagné en maturité, la nageuse identifie rapidement les animaux autour d’elle comme de précieux alliés. Il est notamment question de son chien Franklin qui, grâce à l’implication de l’athlète dans un projet favorisant l’adoption des animaux de refuge, se retrouve soudainement sur des paquets de papier hygiénique.

«C’était plutôt "cool" de me retrouver dans le passé sur une boîte de céréales Cheerios, mais c’était un peu bizarre, admet Oleksiak, en riant, lorsque questionnée sur le sujet. Pour Franklin, c’est drôle de voir sa face sur les paquets, il est tellement beau et photogénique.»

L’effet positif des animaux

Oleksiak, à titre de porte-parole pour le Projet un abri pour chaque ami de Royale, souligne par ailleurs que 100 000 chats et chiens sont en quête d’adoption au Canada. Sa famille a d’ailleurs souvent fait appel à des refuges par le passé.

Sensible à la cause, Oleksiak trace immédiatement un lien avec sa propre situation en notant que, selon les résultats d’un sondage mené pendant la pandémie de COVID-19,95% des Canadiens ont affirmé que leur animal avait eu un effet positif sur leur santé mentale. Ce fut le cas pour Oleksiak.

«Absolument, je ne peux pas vivre sans animaux, ils ont certainement un effet positif sur moi, dit-elle. C’est important de donner un second départ à ces animaux qui sont dans les refuges et si, en m’impliquant, je peux sensibiliser les gens à la situation, ça me fait vraiment plaisir.»

Au-delà de Franklin, il est curieux d’apprendre que la famille Oleksiak a aussi déjà eu un chien nommé Jagr. Celui-ci avait évidemment hérité de ce nom en l’honneur du célèbre hockeyeur Jaromir Jagr qui, pendant une demi-saison, a d’ailleurs joué avec le grand frère, Jamie Oleksiak, chez les Stars de Dallas.

- Les Championnats du monde de natation auront lieu du 18 juin au 3 juillet, à Budapest, en Hongrie.

- Pour le Projet un abri pour chaque ami, Penny Oleksiak invite les gens à faire un don à royale.ca/ami pour l’un des refuges pour animaux comptant parmi les partenaires.

---

Le frère de Penny...

La jeune Penelope aura longtemps été identifiée comme étant «la petite sœur de» Jake, Jamie, Hayley et Claire. Ce fut particulièrement le cas quand on l’associait à son grand frère Jamie Oleksiak, qui évolue dans la Ligue nationale de hockey depuis maintenant 10 saisons. Souvent, elle n’était pas Penny, mais tout simplement la sœur de Jamie.

Aujourd’hui, c’est parfois le hockeyeur qui est reconnu comme «le frère de Penny». À son tour, le défenseur du Kraken de Seattle se retrouve parfois dans l’ombre de la célèbre nageuse de 21 ans, athlète olympique la plus décorée de l’histoire canadienne.

«Il y a parfois des gens qui vont dire ça sur les réseaux sociaux, simplement pour l’embêter ou le taquiner, vient noter Penny, en riant. Ce n’est vraiment pas quelque chose qui nous importe. Nous avons chacun notre carrière et nous nous supportons.»

La nageuse révèle d’ailleurs avoir assisté en famille au match d’ouverture du Kraken, à Seattle, en octobre dernier. Or, une dizaine de jours auparavant, elle était aussi au Scotiabank Arena pour le premier match des Maple Leafs de Toronto à domicile contre le Canadien de Montréal. La caméra l’avait d’ailleurs captée durant la partie, juste au-dessus de l’entraîneur-chef Dominique Ducharme, en train de lutter avec ses nombreuses médailles olympiques qui s’étaient entremêlées.

Malgré ses 17 points en 72 matchs dans l’uniforme du Kraken, Jamie n’aura pas eu droit à un fait saillant ayant été autant visionné durant la dernière saison.