Crédit : FRÉDÉRIC MARCOUX/AGENCE QMI

Alouettes de Montréal

La table est mise pour le camp des Alouettes

Publié | Mis à jour

À la veille de l’ouverture du camp d’entraînement des Alouettes de Montréal devant s’amorcer dimanche à Trois-Rivières, l’organisation s’attend à plusieurs chaudes luttes. Ce sont 95 joueurs qui tenteront de se tailler une place au sein de la formation.

«Je ne fais pas référence au poste de partant, mais il va y avoir des batailles pour les postes de quart-arrière au sein de notre équipe, a indiqué le directeur général Danny Maciocia, samedi. On a cinq bons quarts-arrière, dont trois qui ont de l’expérience dans la Ligue canadienne de football [en Vernon Adams, Trevor Harris et Dominique Davis]. » 

Davis Alexander et Ben Holmes tenteront de déloger les vétérans.

En défensive, Maciocia est particulièrement emballé par sa troupe.

«On a de jeunes demis défensifs et des joueurs qui ont joué dans la NFL, a-t-il souligné. On a passé beaucoup de temps à les convaincre de venir avec nous [...]. J’ai hâte de voir notre ligne défensive performer. On a de bons athlètes qui peuvent jouer à l’intérieur ou à l’extérieur de la ligne.»

Joueurs canadiens

Le directeur général croit que sa formation se démarquera avec la qualité de ses joueurs canadiens. Le principal intéressé a d’ailleurs été très actif lors du dernier repêchage en réalisant une transaction pour repêcher le secondeur Tyrell Richards de l’Université Syracuse au premier rang. Les Alouettes ont également sélectionné le receveur Tyson Philpot avec la neuvième sélection au total.

«Notre contenu canadien sera notre force, a estimé Maciocia. On doit compter sur 21 joueurs canadiens en uniforme, dont sept partants. On va jouer avec huit Canadiens partants, c’est sûr et certain, et peut-être neuf. C’est une flexibilité qu’on n’avait pas l’an dernier. On s’est amélioré énormément.»

Le risque de grève qui plane sur la LCF n’inquiète pas Maciocia. Il croit qu’une entente surviendra sous peu.

Installations trifluviennes

Les Alouettes s’entraîneront au Cégep de Trois-Rivières, sur le terrain des Diablos, jusqu’à la fin mai, avant d’affronter les Tiger-Cats à Hamilton le 28 mai prochain, lors d’un match préparatoire. Le directeur général des Alouettes a vanté les installations des Trifluviens qui seront utiles pour l’ensemble de la logistique d’un camp.

«Il ne nous manque absolument rien, tant sur le terrain qu’à l’extérieur avec les salles de réunions ou les résidences de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), a louangé Danny Maciocia. J’ai beaucoup de questions sur le terrain, mais je n’ai aucune question à l’extérieur du terrain.»

«On va être ouvert et disponible pour échanger avec les partisans qui vont venir prendre le temps de nous voir, a dit ajouté Maciocia [...]. L’équipe leur appartient et ça va être une belle expérience de partager ça avec eux.»

Les amateurs pourront assister aux entraînements. La première pratique doit se tenir dimanche dès 8h30.

«Plusieurs jeunes de grande qualité»

L’entraîneur-chef des Alouettes, Khari Jones, est déjà excité par les outils qu’il aura à sa disposition cette saison.

Crédit photo : FRÉDÉRIC MARCOUX/AGENCE QMI

«Les gens vont voir de superbes compétitions dans les prochains jours, a dit Jones. Nous avons un très bon groupe de joueurs avec des vétérans et des recrues qui tenteront de faire leur place. Ça va être excitant pour nous [...]. Notre repêchage a très bien été. Nous sommes très heureux de nos ajouts. Maintenant, il faut simplement assembler les pièces pour que tout fonctionne. Nous aurons plusieurs jeunes de grande qualité.»

«Il va y avoir des batailles partout sur le terrain, a-t-il ajouté avec le sourire. On a perdu quelques joueurs en défensive et on a plusieurs bons receveurs. Nous sommes confortables avec les vétérans qui sont de retour, mais il y a toujours de la place pour de nouveaux joueurs qui vont monter leur jeu d’un cran.»

Jones insistera sur la discipline dès la première journée du camp.

«C’est important pour moi de laisser savoir aux joueurs pourquoi ils sont ici, a-t-il signalé. Nous voulons une équipe disciplinée qui se soucie des détails. C’est ce que je vais dire aux joueurs à ma façon.»

Prêts à toute éventualité

La menace d’un conflit de travail imminent dans le circuit ne semble pas déranger Khari Jones.

«C’est possible [que le camp soit perturbé], mais nous sommes prêts à toute éventualité, a fait savoir l’entraîneur-chef [...]. Les joueurs sont des professionnels. Lorsque c’est le moment de travailler, ils sont prêts à le faire.»

En poste depuis 2019, le chef d’orchestre a traversé plusieurs tempêtes. Il croit que tout est en place pour connaître du succès cette saison.

«Je crois que l’expérience acquise lors des deux dernières années va m’aider, a confié Jones. Il y a eu énormément de hauts et de bas. Maintenant, je sais un peu mieux comment gérer les différentes situations pour m’assurer que toutes les pièces sont en place pour connaître du succès. C’est certain que tous les changements que nous avons faits récemment dans le personnel d’entraîneurs et dans l’alignement vont m’aider à être un meilleur entraîneur.»