LNH

«C'était un beau congédiement» - Joël Bouchard

Publié | Mis à jour

Il y a des congédiements qui font mal au cœur, qui laissent des cicatrices. Il y a d’autres congédiements qui sont plus prévisibles et qui s’inscrivent dans des changements philosophiques au sein d’une organisation.

Joël Bouchard a expérimenté le deuxième scénario avec les Gulls de San Diego. Avec l’arrivée de Pat Verbeek comme directeur général des Ducks d’Anaheim, il pouvait s’attendre à une orientation différente.  

Engagé par Bob Murray au mois de juillet, Bouchard avait perdu l’homme qui lui avait offert sa chance au sein de l’organisation des Ducks. Murray, qui a adhéré à un programme d’aide contre la lutte à l’alcoolisme, a démissionné de son poste dès le mois de novembre.

Voyez l'entrevue complète de Joël Bouchard à JiC dans la vidéo ci-dessus.

«Quand tu te fais congédier, il y a des moments où tu veux rester dans ton trou et tu n’as pas le goût de parler à personne, a résumé Bouchard lors d’une entrevue téléphonique au Journal de Montréal. Je ne me retrouve pas dans cette humeur-là. On le savait que ça s’en venait, ce n’était pas une surprise.»

Quand le plan change  

Dans son langage toujours aussi coloré, Bouchard a insisté sur une notion importante. Il n’y a pas d’amertume entre lui, Verbeek et les Ducks.

«Pour vrai, c’était un beau congédiement, a-t-il expliqué. C’était très cordial. J’ai eu une conversation de 20 minutes avec Pat [Verbeek] après mon renvoi. Il se sentait mal de nous laisser partir, Maxime Talbot, Daniel Jacob et moi. Mais nous avions été engagés par Bob [Murray]. Nous avions un plan bien précis avec l’ancienne garde. C’est correct, ça fait partie de la vie. Les plans ont changé avec l’arrivée d’un nouveau DG.»

«Pour moi, la plus belle façon de résumer mon départ, c’est qu’il s’agit d’un concours de circonstances.»

Todd Marchant, qui occupait le poste de directeur général des Gulls de San Diego, n’a pas plus échappé à la vague des congédiements. Il a perdu son poste deux jours avant le début de la série 2 de 3 contre le Reign de l’Ontario.

«Todd est aussi une très bonne tête de hockey, un gars très compétent, a rappelé Bouchard. Il travaillait pour l’organisation des Ducks depuis longtemps. Mais encore une fois, Pat [Verbeek] veut construire son équipe à son image, avec ses hommes à lui.»

Les Gulls ont finalement perdu cette série en deux matchs contre leurs rivaux de la Californie.

Saison difficile  

Entraîneur-chef du Rocket de Laval de 2018-2019 à 2020-2021, Bouchard a passé une seule saison à San Diego. Les Gulls ont maintenu un dossier de 28-33-7 pour décrocher la dernière place disponible pour une participation aux séries dans la division Pacifique.

«Ce n’était pas facile, nous avions une formation assez mince, a mentionné l’homme de 48 ans. J’ai fait jouer des défenseurs à l’attaque cette saison et nous manquions souvent de bons centres. Nous avons surmonté un très mauvais départ pour finir sur une meilleure note. Pour le dernier match des séries, il me manquait un défenseur et nous avons fait jouer Owen Zellweger [un choix de deuxième tour en 2021] qui venait juste de subir l’élimination avec son équipe junior [les Silvertips d’Everett].»

Aucun plan  

Sur le plan contractuel, Bouchard a encore deux saisons à son entente avec l’organisation des Ducks.

«Je ne suis pas trop en mode recherche, les choses arrivent toujours d’une façon pour moi, a-t-il répliqué. Je prendrai du temps pour moi et mon monde. Mais j’ai encore appris cette année sur bien des affaires. J’ai aimé mon expérience avec Max [Talbot] et Dan [Jacob]. Je n’ai pas un plan précis à court terme.»

À San Diego, Bouchard n’avait pas une tonne de gros espoirs sous la main. Jacob Perreault, un choix de premier tour (27e) en 2020, et Benoît-Olivier Groulx représentent deux espoirs importants pour les Ducks

«Groulx a une la chance de jouer dans la LNH cette saison, il a appris beaucoup, a noté Bouchard. Pour Jacob, il avait 19 ans pour une grande portion de la saison. Il était un très jeune joueur, mais il a trouvé des façons pour s’améliorer. Il a joué souvent au sein de mon premier trio.»