Séries de la LNH

Une première depuis 2004 pour les Maple Leafs?

Publié | Mis à jour

Malgré un très mauvais départ dans le cinquième match de leur série face au Lightning de Tampa Bay, mardi, les Maple Leafs de Toronto ne sont qu’à une victoire d’accomplir un fait d’armes qu’ils tentent de répéter depuis fort longtemps.

En avance 3 à 2 contre les doubles champions en titre de la Coupe Stanley, l’équipe de la Ville Reine pourrait éliminer ses rivaux à l’occasion du sixième duel, jeudi, à l’Amalie Arena. Si elle y parvient, elle atteindra le deuxième tour éliminatoire pour la première fois depuis le printemps 2004. À l’époque, les Leafs dirigés par feu Pat Quinn comptaient dans leurs rangs les vétérans Mats Sundin, Joe Nieuwendyk, Darcy Tucker, Gary Roberts et Ed Belfour, entre autres. 

Cette fois, il y a l’expérience de John Tavares, le capitaine de la formation, mais aussi la jeunesse et la force d’Auston Matthews, gagnant du trophée Maurice-Richard cette saison avec ses 60 buts. L’Américain connaît du succès avec sept points, mais il ne prend rien pour acquis, surtout que les siens avaient le Canadien de Montréal dans les câbles l’an passé; en avant 3 à 1 au premier tour, Toronto avait échappé les trois dernières rencontres pour subir l’élimination.

«C’est une grosse victoire pour nous, mais il y a encore du travail à faire, a-t-il admis en point de presse d’après-match. On est revenu de l’arrière en comblant un retard de deux buts [après une période], on n’a jamais perdu espoir et on a compétitionné. Par contre, comme je l’ai dit, le boulot n’est pas complété.»

Équipe d’expérience 

Effectivement, le Lightning sait comment gagner et jure ne pas avoir dit son dernier mot. Conscient des modifications à apporter, l’instructeur-chef Jon Cooper s’attend à voir ses hommes rebondir devant leurs partisans.

«Nous avons laissé filer ce match et c’est de notre faute. Cependant, on n’a pas laissé la série nous glisser entre les doigts, a-t-il dit, tel que rapporté par le quotidien "Toronto Star". Il y a eu beaucoup de pénalités. [...] Je n’ai jamais rien vu de tel, mais ne vous servez pas de cela comme excuse, s’il vous plaît. Les unités spéciales constituent un gros morceau d’un match et il faut gagner dans ce type de situation. Là, on ne l’a pas fait. On leur a donné la victoire.»

Certes, Tampa Bay a écopé de cinq punitions ou davantage dans chaque partie de la série jusqu’à maintenant. Les joueurs de l’équipe floridienne respectent leurs opposants, estimant néanmoins qu’ils devront être moins généreux à leur égard.

«Il y a ici deux offensives redoutables. Quand vous accordez des opportunités aux mauvais gars, habituellement, la rondelle finit dans votre filet. Mais on va se regrouper. Nous avons un club ayant déjà passé par là», a promis le défenseur Victor Hedman.