Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LAH

Le Rocket prêt pour une guerre à saveur québécoise

Agence QMI

Publié | Mis à jour

L’avantage de la glace aura une tout autre connotation, jeudi à la Place Bell, alors que pas moins de 19 joueurs québécois pourraient être en uniforme lors du duel entre le Rocket de Laval et le Crunch de Syracuse.

Il est bien connu que l’équipe lavalloise est une des formations professionnelles les mieux représentées par la Belle Province. Elle comptait 11 joueurs québécois lors du deuxième match de la série.

• À lire aussi: Le Rocket nivèle la série

• À lire aussi: Faux départ du Rocket

Dirigé par Benoit Groulx, le Crunch est aussi devenu un foyer important pour la diaspora québécoise dans le monde du hockey, avec huit joueurs du fleurdelisé qui ont disputé la dernière partie.

Alors que les deux équipes se sont partagé les honneurs dans la série après deux rencontres, le Rocket pourrait envoyer ses rivaux en vacances en remportant ses deux duels à domicile.

Et quoi de mieux qu’un duel bien québécois pour introduire la Place Bell au hockey des séries éliminatoires?

«Ils ont beaucoup de Québécois de l’autre côté, donc ils vont être autant “crinqués” que nous, a estimé l’attaquant Jean-Sébastien Dea en point de presse. Ça fait [penser] au junior, dans le bon vieux temps.»

«Tu veux être le meilleur Québécois sur la glace. Cet été, on va se recroiser, on ne veut pas avoir sur la conscience qu’on a perdu.»

L’équipe lavalloise a été une des meilleures de la Ligue américaine de hockey à domicile cette saison et entend bien poursuivre sur cette lancée ce printemps. L’entraîneur-chef Jean-François Houle a toutefois insisté sur l’importance de ne pas tomber dans le piège des émotions jeudi.

«Devant nos partisans, c’est spécial, mais il faudra qu’on gère nos émotions. Des fois, tes émotions sont trop hautes et tu peux prendre de mauvaises punitions.»

L’attaquant finlandais Jesse Ylönen a abondé dans le même sens.

«Évidemment, nous avons très hâte de jouer à la maison. Mais nous devrons être intelligents et ne pas prendre de pénalités stupides. Nous voulons être coriaces et robustes, mais nous ne pouvons pas être distraits dans ces situations.»

«La foule va nous donner des ailes»

Après avoir plié l’échine 5 à 3 lors du premier match présenté à Syracuse, le Rocket s’est redressé grâce au brio de Cayden Primeau, samedi, en l’emportant 3 à 2.

On ne sait toujours pas à qui le filet lavallois sera confié ou si Houle fera encore appel à sept défenseurs lors du prochain duel, mais le pilote a indiqué qu’il a aimé ce qu’il avait vu de ses ouailles depuis le début de la série.

«La plupart de nos joueurs, j’ai aimé leur intensité. Personne ne s’est senti intimidé avec les séries. On a un groupe de leadership assez solide.»

Parmi ces meneurs, Dea s’est montré particulièrement confiant à l’aube du troisième match.

«On a tellement une bonne équipe. On a beaucoup de profondeur. On peut être extrêmement dangereux. On ne veut pas retourner à Syracuse. La foule va nous donner des ailes», a-t-il assuré.