Crédit : Photo d'Archives

Canadiens de Montréal

Cinq transactions d'envergure du CH au repêchage

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal choisira en premier au repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) pour la première fois depuis 1980.

Cet événement attendu avec impatience par les amateurs devient parfois le théâtre d’importantes transactions... mais le Tricolore est rarement impliqué dans celles-ci. 

Depuis le début du millénaire, le CH a procédé à cinq échanges marquants impliquant des joueurs établis pendant les deux journées du repêchage. En voici un survol en ordre chronologique.

Mathieu Garon et un choix de troisième tour aux Kings de Los Angeles pour Radek Bonk et Cristobal Huet (24 juin 2006) 

À son deuxième repêchage à la barre de l’équipe, le directeur général Bob Gainey a envoyé Mathieu Garon, portier québécois qui peinait à s’établir dans le circuit Bettman, sous le soleil californien. Bien que Radek Bonk et Cristobal Huet n'ont pas connu de longues carrières dans la métropole québécoise, ils y ont laissé leur marque à leur façon. Le Français a maintenu un dossier de 58-39-9 avec le CH, en plus de servir de premier mentor à Carey Price. Quant à lui, Bonk a rendu de fiers services au Tricolore comme attaquant de soutien, récoltant 44 points en 135 parties. Pour sa part, Garon a quitté l’organisation des Kings après deux saisons, disputant ultimement 341 rencontres dans le circuit.

Un choix de premier tour et un choix de deuxième ronde aux Flames de Calgary pour Alex Tanguay et un choix de cinquième tour (20 juin 2008) 

Le Canadien a presque toujours été réticent à échanger ses sélections de premier tour. Gainey ne s’est toutefois pas trompé lorsqu’il s’est servi du 25e choix au total en 2008 pour mettre la main sur le talentueux attaquant québécois Alex Tanguay. Même s’il n’a disputé que 50 rencontres de saison régulière avec le CH, ennuyé par les blessures, le natif de Sainte-Justine s’est avéré un excellent joueur de location en récoltant 41 points. De leur côté, les Flames ont opté pour le pivot Greg Nemisz, qui n’a joué que 15 rencontres dans la LNH, avec la sélection du CH. L’histoire aurait cependant pu être bien différente si l’équipe albertaine avait pris une chance avec un talentueux défenseur choisi deux rangs plus tard par les Capitals de Washington: John Carlson.

Lars Eller aux Capitals de Washington pour deux choix de deuxième tour (24 juin 2016) 

Plusieurs amateurs du Tricolore ont crié au génie lorsque Marc Bergevin a obtenu un tel retour pour un pivot qui inscrivait en moyenne 29 points par tranche de 82 matchs dans la LNH. Bien que l’un des choix obtenus, échangé aux Oilers d’Edmonton, ait ultimement mené à la sélection de l’arrière américain Jordan Harris, aujourd’hui considéré comme l'un des plus beaux espoirs du CH, les «Caps» sont sortis gagnants de cette transaction. Eller a été une partie intégrante de la conquête de la coupe Stanley de l’équipe de Washington en 2018, amassant 18 points en 24 matchs éliminatoires et se voyant confier d’importantes responsabilités défensives. Mis à part Harris, les deux autres espoirs obtenus dans cette transaction, Samuel Houde et Joni Ikonen, ne disputeront probablement jamais un match dans la LNH.

Deux choix de deuxième tour aux Blackhawks de Chicago pour Andrew Shaw (24 juin 2016) 

Favori de la foule à Chicago, Shaw s’amenait à Montréal avec deux bagues de la coupe Stanley et beaucoup de caractère, au grand bonheur de Bergevin. Ennuyé par les blessures, l’ailier a raté 64 rencontres en trois saisons avec le Canadien, avant d’être renvoyé aux Hawks pour un retour similaire en 2019. Au passage, l’équipe de l’Illinois a toutefois mis la main sur le tireur d’élite Alex DeBrincat au repêchage avec le choix du Canadien. Il est aujourd’hui le meilleur joueur des Blackhawks, fort d’une saison de 41 buts et 78 points en 2021-2022.

Max Domi et un choix de troisième tour aux Blue Jackets de Columbus pour Josh Anderson (6 octobre 2020) 

Si vous l’aviez oublié, l’encan de 2020 a eu lieu en automne en raison de la pandémie. Le CH en avait profité pour envoyer le fabricant de jeux Max Domi, qui venait de connaître une baisse de production vertigineuse, en Ohio en retour du marchand de vitesse Josh Anderson. Quelque 107 matchs plus tard, les Jackets ont pratiquement donné Domi aux Hurricanes de la Caroline, tandis qu’Anderson s’est établi comme un meneur à Montréal. On peut remettre en question la créativité et la constance de celui qui a été baptisé le «Power Horse», mais certainement pas l'équipe qui a remporté cette transaction à sens unique.