Crédit : Photo OHL Images, Terry Wilson

LNH

LNH: cinq raisons pour regarder la loterie

Publié | Mis à jour

Attendue par plusieurs, la loterie du repêchage amateur de la Ligue nationale de hockey (LNH) aura lieu mardi à 18 h et pourrait être déterminante quant au futur de quelques formations, incluant le Canadien de Montréal qui aura à choisir judicieusement un espoir de premier plan au Centre Bell le 7 juillet.

La Sainte-Flanelle a terminé la saison 2021-2022 dans la cave du classement général, mais cela ne lui garantit pas le premier rang du repêchage prévu au Centre Bell. Le hasard favorisera-t-il le directeur général Kent Hughes lorsque le tirage s’effectuera en journée? La chaîne TVA Sports offrira la réponse sur ses ondes et voici quelques incitatifs à surveiller le tout attentivement.  

-Où le Canadien repêchera-t-il?  

Évidemment, c’est la question que se posent de nombreux partisans du Tricolore, qui a les plus fortes probabilités (18,5 %, en ne tenant pas compte des équipes qui n’ont pas de chances de repêcher au rang 1) de sélectionner en premier lieu durant l’encan prévu devant son public. L’organisation montréalaise n’a pas obtenu ce privilège depuis 1980, quand elle avait jeté son dévolu sur Doug Wickenheiser, au grand dam des admirateurs de Denis Savard. Si cela peut rassurer les amateurs indéfectibles du club, ce dernier avait choisi un certain Guy Lafleur à l’occasion précédente, en 1971.

-Shane Wright en bleu-blanc-rouge?  

Si le Canadien se retrouve bel et bien avec le premier choix, il aura le loisir de décider s’il suit la logique en mettant la main sur Shane Wright, dont le nom se trouve au haut de la liste de la Centrale de recrutement des meilleurs espoirs de la LNH. Pourrait-il même l’obtenir avec un choix 2 ou 3? Le porte-couleurs des Frontenacs de Kingston a amassé 94 points à sa deuxième campagne dans la Ligue junior de l’Ontario et tente de mener les siens aux grands honneurs en séries éliminatoires.

-Un vainqueur surprise?  

Les Coyotes de l’Arizona et le Kraken de Seattle possèdent des chances logiques de s’emparer du premier choix, mais qu’en est-il des autres équipes ayant raté les séries éliminatoires? À partir de cette saison, il sera impossible de grimper de plus de 10 places dans l’ordre de sélection durant le tirage; ainsi, les 11 pires clubs du calendrier régulier peuvent espérer toucher le gros lot. Parmi eux, il y a les Sénateurs d’Ottawa, qui n’ont pas repêché en premier depuis 1996, année de sélection de Chris Phillips.

-Encore les Sabres?  

Grâce au neuvième pire dossier de la LNH, les Sabres de Buffalo ont encore des probabilités de prendre le choix numéro 1, eux qui avaient conservé leur premier rang de sélection à l’issue de la loterie 2020 pour nommer Owen Power. La concession de l’État de New York est une habituée de l’échelon supérieur de l’encan amateur, car elle a également obtenu d’entrée de jeu Rasmus Dahlin en 2018.

-Une hausse vertigineuse?  

Même en ne repêchant pas au premier rang, il est possible de recruter un espoir intéressant. Il suffit d’en parler aux Hurricanes de la Caroline, qui avaient pris possession du deuxième choix après avoir remporté l’un des trois tirages en 2018. Pourtant, ils détenaient seulement 3,3 % de probabilités d’empocher la sélection 2, eux qui étaient au 12e rang avant la loterie. La chance leur avait permis de faire appel à Andrei Svechnikov. Cette année, les équipes n’ayant pas Wright dans leurs rangs auront l’opportunité de tenter leur chance avec Juraj Slafkovsky, Logan Cooley ou Joakim Kemell, entre autres.