Crédit : Photo d'archives, Martin Chevalier

Lions de Trois-Rivières

Éric Bélanger a traversé les tempêtes

Publié | Mis à jour

Pour une première saison derrière le banc d’une équipe professionnelle, Éric Bélanger aurait pu difficilement choisir un plus grand défi que celui qu’il a accepté avec les Lions de Trois-Rivières.

Le projet d’expansion et l’identité à mettre en place représentaient déjà une tâche colossale pour une recrue. Or, Bélanger a choisi de le faire dans l'ECHL, où le roulement de personnel est une réalité omniprésente. Pour couronner le tout, la COVID-19 s’est invitée et a chamboulé le quotidien de l’équipe.

Ainsi, 80 joueurs ont porté les couleurs du club de la Mauricie cette saison. Et Bélanger ne le cache pas: ça n’a pas toujours été facile. Il estime toutefois que la situation a fait de lui un meilleur instructeur.

«On savait dans quoi on s’embarquait, a indiqué Bélanger, lundi, lors de son bilan de saison. Est-ce qu’on aurait pensé avoir 80 joueurs? Non. Il y a beaucoup de situations qui ont fait qu’on a dû se virer sur un 10 cents à la dernière minute. On a eu beaucoup de plans, on a dû les changer.»

«Ça nous a rendus meilleurs, j'en suis sûr; plus résilients et [il y a eu] un peu de lâcher-prise à travers tout ça. C’est certain que ça nous a rendus meilleurs comme entraîneurs», a-t-il ajouté, non sans souligner la belle collaboration avec ses adjoints Pascal Rhéaume et Alex Cousineau.

Optimiste

Malgré les embûches, les Lions ont participé aux séries éliminatoires. Et aux yeux de Bélanger, l’équipe a démontré de très belles choses entre les tempêtes, lorsqu’un peu de stabilité s’installait.

Le pilote est donc encouragé, malgré l’élimination en sept parties au premier tour aux mains des Growlers de Terre-Neuve, en première ronde.

«On a réussi à remonter et à faire les séries, a-t-il fait valoir. Avec tout le mouvement de personnel qu’on a eu cette année, on était très fiers d’avoir fait les séries. On aimerait ça être encore en train de jouer, mais je pense que c’était une bonne première saison en général.»

«Quand on avait une équipe avec les joueurs qu’on était censé avoir et les ajouts en fin de saison, je n’ai pas regardé la fiche, mais je sais qu’on était l’une des bonnes équipes de la ligue. Le positif, c’est lorsqu’on a eu une équipe qui était censée être compétitive, on l’a été.»

Bélanger fera lui-même sa part pour assurer une certaine stabilité à l’équipe, puisqu’il a confirmé qu’il sera de retour la saison prochaine avec la ferme intention de continuer le travail amorcé.

«Je n’ai jamais eu peur des défis, a-t-il déclaré. J’en ai vécu, comme joueurs, des embûches. Ç’a été difficile cette année, mais il me reste un an de contrat et je vais être ici. [...] C’est le scénario idéal pour moi ici. Venir tous les jours ici, à quelques minutes de la maison. Donc, c’est parfait.»

«On est en train d’implanter une culture solide. On veut gagner. Je pense que c’est la mentalité qu’on va avoir.»