Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Boxe

«L’espoir de rêver à nouveau» - Danielle Bouchard

Félix Desjardins

Publié | Mis à jour

«Une journée festive», «une ouverture vers le changement», une annonce «irréelle» : l’entraîneuse québécoise Danielle Bouchard n’était pas à court de qualificatifs pour décrire comment elle perçoit l'impact de la démission de Daniel Trépanier sur le monde de la boxe canadienne.

Bouchard était une des signataires de la lettre ouverte demandant le départ du directeur de la haute performance de Boxe Canada et n’en était pas à sa première tentative de révéler les dessous du climat toxique qui se serait installé dans l’organisation depuis plusieurs années.

«Aujourd’hui, c’est comme irréel, a lancé au bout du fil l’ex-boxeuse. Je n’arrive pas à croire qu’on a réussi notre mandat de parler et que ce soit diffusé, écouté, entendu et cru.

«On a cru en ce que nous disions parce que c’est la vérité.»

Sous l’égide de Trépanier, selon elle, les boxeurs amateurs canadiens ne pouvaient atteindre leur plein potentiel. Des jeux de coulisses auraient par ailleurs souvent déterminé des décisions de Boxe Canada, reléguant les performances sur le ring au second plan.

«Je m’imagine dans mon gym, lundi, et les filles vont arriver avec un sourire, en pensant qu’il n’y a plus un plafond au-dessus de leur tête, enchaîne-t-elle. Elles peuvent se permettre d’aller au-delà, de rêver et de réaliser leurs rêves.»

Une première étape

Le départ de Trépanier ne devrait être que la première étape de la refonte de Boxe Canada, selon plusieurs intervenants du milieu de la boxe québécoise. Bouchard abonde dans ce sens, avançant que «tout le système est à reconstruire».

«C’est une mentalité qui dure depuis plus de 10 ans. C’est une structure qui n’a pas fonctionné. Ce n’est pas nécessairement juste une personne qu’il faut remplacer.

«C'est de se restructurer, de se réorganiser, de prendre le temps de choisir les bonnes personnes qui vont remplir les bons postes et qui vont être là pour une seule et unique raison : le bien-être des athlètes.»

Même si elle est consciente que ce processus pourrait être long et ardu, celle qui entraîne notamment Kim Clavel a fait preuve d’optimisme quant à l’avenir de Boxe Canada. Elle juge toutefois que «la transparence et la communication seront des paramètres à mettre en évidence pour le prochain Boxe Canada».

«Il faut être transparent et ouvert. Quand on n'a rien à cacher, ce n'est pas gênant de montrer nos chiffres, nos réflexions et ce qu'on pense. Quand on a confiance en nous, qu'on est compétent, il n'y a aucune raison de ne pas être transparent.»