Séries de la LNH

Les Blues reviennent en force

Publié | Mis à jour

Bénéficiant d’une brillante performance de Jordan Kyrou, les Blues de St. Louis ont nivelé la série les opposants au Wild du Minnesota en l’emportant 5 à 2, dimanche après-midi, au Enterprise Center.

Les deux formations ont dorénavant remporté chacune deux affrontements de ce duel du premier tour éliminatoire de la Ligue nationale. 

«Il est difficile de jouer contre [le Wild], ils font du bon travail, a noté l’entraîneur-chef des Blues, Craig Berube, après la rencontre. Nous sommes une bonne équipe aussi, alors nous voici à égalité.»

Kyrou a été la bougie d’allumage des vainqueurs du quatrième match. L’attaquant de 24 ans a inscrit les première et troisième réussites des siens.

«Les partisans étaient incroyables ce soir [dimanche], a-t-il louangé. Ça nous a vraiment propulsés.»

Sur le filet de la victoire, en deuxième période, le choix de cinquième ronde au repêchage de 2016 en a mis plein la vue. Il s’est d’abord défait d’un défenseur avec une magnifique feinte entre ses jambes et a ensuite battu Marc-André Fleury avec un tir du revers.

Toujours chez les Blues, David Perron a également fait mouche à deux occasions. Le Québécois a redonné l’avance aux siens lors du deuxième tiers et a confirmé la victoire de ceux-ci dans une cage laissée à l’abandon en fin de partie. Le natif de Sherbrooke a cinq buts à son compteur depuis le début des hostilités en séries.

Ryan O’Reilly a inscrit l’autre filet des Blues, tandis que la réplique du Wild est venue des bâtons de Kirill Kaprizov et de Matt Boldy. Devant le filet des favoris de la foule, Jordan Binnington a repoussé 28 des 30 rondelles envoyées dans sa direction. Fleury a quant à lui fait 29 arrêts dans la défaite.

Les deux clubs se retrouveront mardi soir pour la cinquième rencontre. Pour l’occasion, la série sera de retour au Xcel Energy Center, à Saint Paul.

«Ça n’allait jamais être facile, a glissé l’attaquant québécois Frédérick Gaudreau. Nous sommes en séries et les Blues sont une bonne équipe. Nous devons rester concentrés pendant 60 minutes. C’est cliché, mais c’est vrai.

«Nous sommes chanceux de retourner au Xcel, où les partisans sont exceptionnels. C’est un élément positif pour nous.»