Crédit : AFP

Tennis

Alcaraz est imprenable

Publié | Mis à jour

Après Nadal et Djokovic, le trophée : le jeune prodige espagnol Carlos Alcaraz a couronné sa semaine madrilène de rêve par un deuxième sacre en Masters 1000 en écrasant le N.3 mondial Alexander Zverev en 62 minutes 6-3, 6-1 dimanche, à deux semaines de Roland-Garros (22 mai-5 juin).

Pour se hisser en finale, Alcaraz s'était offert coup sur coup des victoires face à Rafael Nadal, roi de l'ocre, en quarts de finale, et au N.1 mondial Novak Djokovic en demie, une performance inédite dans un même tournoi sur terre battue. 

Il va grimper à la sixième place mondiale lundi, quatre jours seulement après ses 19 ans. Et, forcément, sa semaine idéale le propulse parmi les principaux prétendants au titre sur la terre battue parisienne.

« C'est génial pour le tennis d'avoir une nouvelle superstar : tu vas gagner plein de Grand Chelem et devenir N.1 mondial, et tu vas gagner ce tournoi encore de nombreuses fois », a prédit Zverev.

« Tu es le meilleur joueur du monde »

« Tu es le meilleur joueur du monde en ce moment. Même si tu n'as encore que cinq ans, tu nous bats déjà tous », s'est incliné l'Allemand de 25 ans, plaisantant sur la jeunesse de son adversaire.

Avant cette finale, Zverev ne s'était jamais incliné contre Alcaraz. Il était sorti victorieux de leurs deux premiers face-à-face en deux sets, à Acapulco et Vienne la saison dernière, quand le Murcien pointait encore en dehors du top 40.

Mais c'était avant.

Avant qu'Alcaraz, bien qu'encore en construction, change complètement de dimension en quelques mois. Avant, pêle-mêle, qu'il devienne le plus jeune quart-de-finaliste de l'US Open dans l'ère Open en septembre dernier. Avant qu'il s'impose pour la première fois en Masters 1000, à Miami début avril. Avant, enfin, qu'il dégomme coup sur coup Nadal (6-2, 1-6, 6-3) et Djokovic (6-7, 7-5, 7-6) dans la Caja Magica de Madrid. Le tout alors qu'il vient juste de fêter ses 19 ans.

Dans l'arène madrilène, l'ambiance n'a pas atteint dimanche la ferveur de la veille. C'est que l'issue du match n'a jamais vraiment laissé de doute, tant Alcaraz a mis sa patte très tôt sur la partie.

Zverev a tenu tant bien que mal jusqu'à 3-2 dans le premier set. Mais pendant que le jeune Espagnol enchaînait les jeux de service tranquilles et le faisait craquer à l'échange, une fois de plus à base d'amorties laser et de coups droits fusées, l'Allemand vacillait déjà.

Une fois qu'Alcaraz a réalisé le premier break pour mener 4 jeux à 2, le champion sortant n'a plus inscrit que deux jeux. 

Dans le deuxième set, Zverev a complètement perdu les pédales et multiplié les fautes grossières, comme ce smash qui a rebondi de son côté du filet. Jusqu'à conclure sur une double faute (cinq au total) après à peine plus d'une heure passée sur le court.

Il faut rappeler que l'Allemand a bouclé ses deux tours précédents à minuit et une heure du matin passés les deux nuits précédentes. Mais dire aussi que Madrid, où il a été titré deux fois (2018 et 2021), est le Masters 1000 qui lui réussit le plus.

Alcaraz, dont la cheville droite méchamment tordue vendredi lors de son match contre Nadal ne semble qu'un mauvais souvenir, continue lui d'affoler les compteurs : il compte désormais cinq titres à son palmarès, dont deux Masters 1000 après son succès à Miami début avril.

Il est le plus jeune à atteindre ce total depuis Nadal en 2005 et n'a à ce jour perdu aucune des finales qu'il a disputées.

En battant Nadal, Djokovic, puis Zverev au fil de sa semaine madrilène, il est devenu le premier joueur à battre trois joueurs du top 4 dans un même tournoi depuis David Nalbandian il y a quinze ans (Federer, Nadal et Djokovic en 2007, déjà à Madrid, alors sur dur).

Il est aussi le joueur qui compte le plus de matches gagnés en 2022, avec 28 victoires. Ce qui le place deuxième à la Race, le classement établi sur l'année civile, sur les talons de Nadal, presque deux fois son âge.