Crédit : AFP

Sports divers

Un vainqueur surprise au Derby du Kentucky

Publié | Mis à jour

À la surprise générale, le cheval «Rich Strike», qui détenait la cote la plus avantageuse selon les parieurs, a remporté la 148e édition du Derby du Kentucky, samedi, à Churchills Downs.

Il s’agit de l’un des plus grands renversements de situation que le très populaire événement de la Triple couronne a connu dans son histoire. Répertorié à 80 contre 1 au moment d’amorcer la course «Rich Strike» a effectué une poussée dans les derniers mètres pour devancer «Epicenter», qui détenait jusque-là la tête devant «Zandon».

• À lire aussi: Un peu de hockey au Derby du Kentucky

Le vainqueur a croisé le fil d’arrivée en 2 min 2,61 s.

C’est le jockey vénézuélien Sonny Leon qui chevauchait la bête originaire du Kentucky. Il s’agit également de la consécration pour l’entraîneur Eric R. Reed, un vétéran des courses hippiques.

«Je suis tombé quand il a croisé le fil, j’ai failli m’évanouir, a raconté Reed au réseau NBC Sports. Je suis tellement heureux! C’est la raison pour laquelle tout le monde se lance dans ça. Nous ne devions pas être là, mais je savais que le cheval adore cette piste et qu’il a été très bon toute l’année.»

L’instructeur était accompagné de son père pour cette touchante entrevue à chaud. Le vénérable Herbert R. Reed, qui a pratiqué le même métier pendant plus de 50 ans, a retenu ses larmes.

«C’est incroyable... Je ne peux pas l’expliquer. C’est incroyable», s’est-il contenté de dire.

«Jamais, jamais, jamais nous n’aurions pu penser gagner. Nous en avions parlé il y a un an et demi : nous n’aurions jamais fait compétitionner un cheval qui n’était pas prêt ou suffisamment en forme. Nous savions qu’il pouvait [se qualifier] parce que plus il courait longtemps, plus il était bon», a raconté de son côté le propriétaire de l’animal, Rick Dawson.

Selon le réseau ESPN, «Rich Strike» n’est que le deuxième cheval à remporter le Derby du Kentucky en partant de la 20e porte. «Big Brown» l’avait également fait en 2008.

«Messier», l’un des favoris de la compétition, a manqué d’énergie en fin de parcours, si bien qu’il a terminé au 15e rang. Le cheval a été nommé en l’honneur de l’ancien joueur de la Ligue nationale de hockey Mark Messier.