Balados

« Mario, je t’aime » - Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Il y a un an, la compagnie Uber Eats a frappé un grand coup avec la publicité qui mettait un terme à 26 ans de conflit entre Patrick Roy et Mario Tremblay. 

Si l’agence Mosaic est le génie créatif derrière l’idée, c’est grâce à Simon Arsenault si la réconciliation s’est concrétisée.   

«Uber Eats avait un concept de publicité à l’internationale de réunir des célébrités culturelles, sportives [...] qui n’ont pas lieu d’être ensemble, qui ont une rivalité naturelle, une dualité», a expliqué le président et fondateur du groupe MVP au balado La Dose. 

Lors d’une réunion de production, l’agence Mosaic a soulevé les noms de Patrick Roy et Mario Tremblay. Arsenault avait donc la mission de tâter le terrain afin de réunir les deux hommes devant la caméra.  

Une tâche colossale, puisque Tremblay et Roy ne s’étaient jamais adressé la parole depuis les fameux événements du 2 décembre 1995. 

«J’ai regardé du côté de Mario en premier. Sur le coup, il n’était pas chaud à l’idée. Du côté de Roy, j’ai parlé avec Nicole Bouchard, son assistante, et selon elle, Patrick était prêt. Lorsque j’ai fait part à Mario de la position de Patrick, il a décidé de sauter dans le projet.» 

Le jour J   

Initialement, la publicité devait être tournée à Montréal, mais avec les séries de Remparts, le tournage a été déplacé au Centre Vidéotron. 

Simon Arsenault a accompagné Mario Tremblay du Château Frontenac jusqu’au lieu de tournage.   

«Mario était fébrile et un peu nerveux, il avait même préparé une blague pour briser la glace», avoue l'entremetteur. 

En débarquant au Centre Vidéotron, plusieurs caméras suivaient l’ancien entraîneur-chef du Canadien, afin de capter le premier contact avec Patrick. 

«Lorsqu’ils se sont croisés pour la première fois au maquillage, ils ont échangé des blagues et tout le monde a commencé à rire.» 

Mais le plus beau moment est survenu quelques minutes plus tard, loin du regard des caméras. Un moment que Simon Arsenault n’oubliera jamais. 

«Patrick a regardé Mario et il lui a lancé un : "Mario, je t’aime. Je t’ai toujours aimé". Les yeux de Mario sont devenus ronds comme des uns dollars. Il a répondu "ben tabarouette, je suis content de t’entendre dire ça. On ne peut toujours bien pas être en chicane toute notre vie"». 

La publicité d’Uber Eats, qui se décline en trois versions, a finalement été tournée sur deux jours. Après la première diffusion de celles-ci, le CH a entamé une séquence de sept matchs éliminatoires sans défaite, en route vers la finale de la Coupe Stanley.

Signe de quoi cette réconciliation a mis un terme à la «malédiction du Casseau».

Écoutez l'épisode complet dans le lecteur ci-dessous :