Crédit : Photo le Journal de Québec, Didier Debusschere

LHJMQ

Autre domination des Diables rouges

Publié | Mis à jour

La plupart des observateurs s’attendaient à ce que la série entre les Remparts et les Saguenéens de Chicoutimi en soient une opposant David contre Goliath. Jusqu’à présent, c’est le cas, mais, contrairement au récit biblique, c’est Goliath qui a le dessus.

Après avoir dominé d’un bout à l’autre les Sags lors du match numéro un de la série, les Remparts n’ont pas levé le pied samedi lors du second affrontement, qui a de nouveau été à sens unique, cette fois au compte de 6 à 3 au Centre Vidéotron. Après avoir dominé 57-11 à la colonne des tirs jeudi, ils ont de nouveau dirigé plus de 50 lancers sur le filet de l’adversaire (58) alors que les Sags ont décoché 18 tirs au but.

ROULEAU OUVRE LA MARQUE

«Depuis le début des séries et même un peu avant, je trouve qu’on joue de la bonne manière, a fait remarquer Louis Crevier, auteur d’un but et deux aides samedi. Les six derniers matchs où on essayait de confirmer notre première place au classement nous a bien préparé pour les séries. On joue vraiment bien en ce moment.»

Les hommes de Yanick Jean ont connu un bon début de match, inscrivant même le premier but de la rencontre, celui de William Rouleau, mais le rouleau-compresseur des Remparts a de nouveau fait des siennes par la suite.

Nathan Gaucher, en désavantage numérique, et Théo Rochette ont permis aux Diables rouges de retraiter au vestiaire avec une avance de 2-1 après une période, puis les Remparts ont ensuite inscrit trois buts en l’espace de 4 min 20 s au début de la deuxième pour chasser le gardien Sergei Litvinov du match. Zachary Bolduc, Olivier Coulombe et Nicolas Savoie ont été les marqueurs. Dans le cas de Bolduc, il inscrivait un but dans un huitième match consécutif.

«Même si on perdait 1 à 0, j’ai aimé le fait qu’on est resté calme. J’ai adoré notre travail en désavantage numérique où Nate [Nathan Gaucher] a marqué un très gros but. Tu ne veux pas retourner au vestiaire en retard par un but», a mentionné Roy.

Signe qu’on est en séries, le match de samedi a donné droit à du jeu physique et intense. En plus des nombreuses mises en échec, quelques escarmouches ont éclaté après les coups de sifflet.

«C’est ça les séries. On va avoir de l’adversité tout au long de notre parcours et on est capable de jouer cette game-là. C’est un aspect où on a eu l’avantage dans la game. Oui, l’animosité a augmenté, mais on était là et on était présent», a mentionné Gaucher.

LES SAGS SANS BLAIS

Après leur bon départ, les Sags ont dû composer avec la perte d’Alex Blais, frappé par Xavier Filion en première période. L’attaquant a quitté le match et n’est pas revenu, victime d’une commotion cérébrale.

«On a aussi un autre attaquant qui est débarqué pour huit ou dix minutes. J’ai senti qu’on a perdu beaucoup d’énergie suite à ça. Ils ont beaucoup de profondeur et jouent à quatre lignes ce qui nous prend toute notre énergie. Il faut être capable de faire la même affaire, mais tu vois que plus le match avance, plus ils sont en mesure de créer une séparation.»

Le grand défenseur des Remparts et ancien membre des Sags a reconnu jouer avec confiance depuis le début des séries, rendant aussi crédit à son partenaire de jeu Evan Nause.

«Jusqu’à maintenant, ça va bien. Il y a toujours place à amélioration, mais je trouve que Nausy et moi avons bien évolué ensemble. On arrive en ce moment fin prêt à affronter les meilleures équipes et leurs meilleurs trios. Je pense qu’on fait une bonne job.»

UNE FIN BIZARRE

La fin de match a donné droit à une scène unique. Alors que les Sags étaient retournés au vestiaire, croyant que le match était terminé, et que les Remparts saluaient les 10 181 partisans réunis au Centre Vidéotron, on a annoncé qu’après une reprise vidéo, il avait été déterminé que les Saguenéens avaient marqué alors qu’il restait 26 secondes à jouer et qu’il fallait reprendre le match à ce moment.

Après un peu de confusion, l’entraineur-chef Yanick Jean a envoyé cinq joueurs sur la glace et le reste de l’équipe est demeurée au vestiaire.

Malgré la défaite, Jean a trouvé le moyen d’en rire après le match.

«C’était la première fois que je dirigeais sans veston ni cravates. Il a presque fallu qu’ils viennent me chercher dans l’autobus!», a-t-il blagué.

Les Remparts auront l’occasion de balayer les Saguenéens dès demain alors que la série se transporte au Centre Georges-Vézina de Saguenay.