AFP_169014545

Crédit : Getty Images/AFP

Sports divers

Un peu de hockey au Derby du Kentucky

Publié | Mis à jour

Les amateurs de hockey n’auront jamais eu autant d’intérêt pour le Derby du Kentucky, qui se tiendra samedi à Louisville, alors qu’un cheval nommé «Messier» est classé parmi les favoris pour l’emporter.

L’hippodrome de Churchill Downs mettra effectivement en vedette, parmi les 20 concurrents de cette 148e édition, un animal nommé en l’honneur du célèbre hockeyeur Mark Messier. Celui-ci était d’ailleurs coté à 7 contre 1, vendredi, sur le site web de l’événement, prêt à rivaliser avec ses principaux adversaires «Epicenter», «Taiba» et «Zandon».

L’histoire, rapportée par le réseau Sportsnet, explique que le cheval originaire du Canada est la propriété d’un groupe duquel fait partie Tom Ryan, qui est le gendre d’un joueur ayant déjà gagné la Coupe Stanley avec Messier chez les Oilers d’Edmonton.

«Nous avons quelques liens avec le hockey dans la famille de ma femme», a résumé Ryan.

Pat Hughes, qui a d’ailleurs joué 44 matchs de saison régulière avec le Canadien de Montréal entre 1977 et 1979, est effectivement son beau-père, soit le papa de son épouse Katie. Après avoir disputé huit autres parties avec le Tricolore lors de la conquête de ce dernier en 1979, Hughes a surtout contribué à deux championnats consécutifs des Oilers, avec Messier, en 1984 et 1985.

«J’ai demandé l’avis à mon beau-père avant de nommer un cheval en l’honneur de Messier. Il m’a répondu: "Si tu le fais, ne te trompe pas"», a raconté Ryan.

Un jockey expérimenté

Le jockey John Velazquez, âgé de 50 ans et déjà trois fois vainqueur du Derby du Kentucky, sera chargé de mener «Messier» à la victoire. Il l’avait notamment emporté en 2020 avec «Authentic» tandis que, l’an dernier, Velazquez avait d’abord gagné avec «Medina Spirit» avant que l’animal ne soit disqualifié après avoir été testé positif à une substance interdite, soit le betamethasone .

Le célèbre jockey a aussi savouré les grands honneurs à Churchill Downs avec «Animal Kingdom», en 2011, puis avec «Always Dreaming», en 2017.

En plus de compter sur Pat Hughes comme beau-père, Ryan a laissé savoir que sa femme comptait aussi sur Mark Napier, un autre ancien porte-couleurs du Canadien, parmi ses oncles.