JiC

Le temps d’utilisation d’Alexis Lafrenière fait jaser

Publié | Mis à jour

La série mettant en vedette les Rangers de New York et les Penguins de Pittsburgh fait énormément jaser, et ce, malgré qu’il n’y a que deux rencontres de disputées jusqu’à présent.

Le fameux quatre de sept s’est amorcé avec un duel interminable nécessitant trois périodes de prolongation, ensuite il y a eu la pénurie de gardiens de but chez les Pens et finalement, c’est le temps d’utilisation du Québécois Alexis Lafrenière qui retient désormais l’attention.

Jeudi soir, l’ancien premier choix au total des «Blueshirts» a été le joueur le moins utilisé de l’ensemble de la formation de Gerard Gallant. Son maigre dix minutes de temps d’utilisation le positionne même derrière un certain Ryan Reaves.

«Il a très peu joué. J’écoutais l’ancienne vedette de la Ligue nationale de hockey (LNH), Luc Robitaille, tout à l’heure sur les ondes de NHL Network et il mentionnait qu’il ne faut pas analyser le travail d’un joueur qui est si peu utilisé. Je crois que ça s’applique bel et bien au dossier de Lafrenière», a expliqué Renaud Lavoie de passage à l’émission JiC, vendredi soir.

«Il s’implique en donnant plusieurs mises en échec et je trouve ça dommage qu’il ne semble pas avoir la confiance de son entraîneur.»

«Tout le monde lui souhaite beaucoup de succès et espère qu’il performe à la hauteur de son talent», a conclu le journaliste au sujet de l’ancien porte-couleurs de l’Océanic de Rimouski.

Une liste des blessés qui s’allonge

L'entraîneur-chef des Penguins de Pittsburgh, Mike Sullivan, a déclaré que le cerbère Casey DeSmith est passé sous le bistouri vendredi et qu'il ratera le reste des séries éliminatoires.

«Pourtant lorsqu’on analyse la séquence sur laquelle DeSmith se blesse, il s’agit que d’un simple déplacement anodin. Quelques secondes plus tard, le gardien demandait aux officiels d’arrêter le jeu en raison de son inconfort», toujours aux dires de Lavoie.

«Plus tôt aujourd’hui, je me suis entretenu avec des dirigeants des Penguins et ils me disaient que dans un match de saison régulière, cette blessure ne survient pas. Le fait que l’équipe s’est retrouvée en deuxième prolongation a joué pour beaucoup, le corps de Casey était usé.»

La fleur de lys bien représentée

Le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. Les Pens s’avérant privés de leurs deux premiers gardiens en Tristan Jarry et Casey DeSmith, les Québécois Louis Domingue et Alex D'Orio se voient promus et sont les portiers qui auront la lourde tâche de freiner les Rangers de New York.

«C’est un dossier chaud à Pittsburgh, car Domingue et D’Orio sont les deux seuls gardiens sous contrat et en santé disponible pour Mike Sullivan et son équipe. Si l’un des deux se blesse, qu’est-ce qu’on va faire, appeler le chauffeur de la zamboni», s’est interrogé Renaud Lavoie.

Voyez le segment complet dans la vidéo principale ci-dessus.