F1

Gilles Villeneuve: un autre champion québécois s’éteignait il y a 40 ans

Publié | Mis à jour

Le pilote québécois de Formule 1, Gilles Villeneuve, perdait la vie le 8 mai 1982 lors des qualifications du Grand Prix de Zolder, en Belgique. Des milliers de personnes avaient alors envahi les rues de Berthierville, dans Lanaudière, quelques jours plus tard, pour assister à ses funérailles et l’accompagner à son dernier repos.

Les premiers ministres de l’époque Pierre Elliott Trudeau et René Lévesque y étaient, de même que Guy Lafleur, des pilotes de Formule 1 et de multiples personnalités publiques. 

Ci-dessus, voyez le reportage du journaliste TVA Trois-Rivières, Louis Cloutier.

«[Deux ans avant son décès], des chroniqueurs et de grands éditorialistes sportifs français et italiens m’avaient demandé si au Québec on réalisait jusqu’à quel point Gilles Villeneuve était devenu un grand de la scène du sport internationale», avait alors relaté en entrevue à TVA-Trois-Rivières le journaliste Réjean Tremblay.

Paul Charest, co-fondateur du Grand Prix de Trois-Rivières, avait côtoyé le pilote.

«À Berthierville, un jour, chez son père, il avait dit à mon épouse “je vais mourir de ma belle mort, dans mon lit. Je n’ai pas peur de ça. Je ne mourrai jamais sur un circuit automobile et puis paf, il est décédé”».

Une importante page de la carrière du champion avait été écrite à Trois-Rivières en 1976.

«Quand Patrick Tambay est venu. Quand James Hunt est venu et que tous ces [pilotes de Formule 1] sont venus à Trois-Rivières [en Formule Atlantique] et que Gilles les a battus, ça a été le début de Gilles Villeneuve», a expliqué M. Charest.