LHJMQ

Premier match à sens unique pour les Remparts

Publié | Mis à jour

Il y a eu des surprises, jeudi, lors de la première soirée des séries dans la LHJMQ, mais pas à Québec. Les Remparts n’ont fait qu’une bouchée des Saguenéens de Chicoutimi, l’emportant 6 à 1 pour prendre les devants 1 à 0 dans la série au meilleur de cinq.

Les 44 points de classement qui ont séparé les deux formations en saison régulière ont paru dans ce premier match, que les Diables rouges ont également dominé 57-11 à la colonne des tirs.

Les Sags avaient toutefois bien failli refroidir les 8540 partisans réunis au Centre Vidéotron dès les premiers instants de la première période lorsqu’Alex Newcombe avait frappé le poteau à la droite de Fabio Iacobo.

La troupe de Yanick Jean a toutefois dû patienter jusqu’à la 16e minute pour diriger son premier «vrai» tir au filet. Ce fut le seul de la période, d’ailleurs.

Pendant ce temps, les Diables rouges ont contrôlé la majorité de l’engagement, dirigeant 12 tirs sur Kevyn Brassard sans parvenir à le déjouer, cherchant trop souvent le jeu parfait.

Comme l’a déjà dit Wayne Greztky : «tu rates 100 % des tirs que tu ne prends pas», et les Remparts ont appliqué cette phrase lors des deux dernières périodes, dirigeant pas moins de 45 lancers sur Kevyn Brassard et Sergei Litvinov qui, au volume, ont fini par flancher.

Mikaël Huchette, Olivier Coulombe, Zachary Bolduc, Xavier Filion, Zachary Gravel et Louis Crevier ont marqué

L'exemple des Panthers

Dans les derniers jours, le personnel d’entraîneur des Remparts a utilisé plusieurs exemples tirés des séries de la LNH afin de préparer son équipe.

Le premier : celui des Panthers de la Floride qui, malgré son premier rang au classement, a échappé le premier match de sa série face aux Capitals de Washington.

«On voulait s’assurer de rester humbles et de respecter les Sags tout en jouant le hockey qu’on doit jouer», a résumé Patrick Roy, qui avait aussi utilisé l’indiscipline des Maple Leafs lors du match no 2 de la série face au Lightning de Tampa Bay pour mettre en garde ses troupiers.

Toute l’année, les Remparts ont mis l’accent sur leur profondeur en attaque et jeudi, ils l’ont démontré puisque quatre des six buts de l’équipe ont été inscrits par les troisièmes et quatrièmes trios de l’équipe.

«On sait que Zach [Bolduc] et Théo [Rochette] sont nos deux gros attaquants et notre force de frappe, mais il y a des soirs où ça va être plus difficile. Ils ne peuvent pas toujours traîner l’équipe. C’est là que notre profondeur va faire la différence. On a quatre trios qui peuvent produire et c’est un gros bonus pour nous», a résumé Gravel.

Les Sags fatigués

De son côté, l’entraîneur-chef des Sags Yanick Jean ne cherchait pas midi à quatorze heures pour expliquer la défaite de jeudi.

«J’ai senti qu’ils nous ont fait brûler beaucoup d’énergie. Oui, on voulait rester à l’intérieur et être patients, mais il y a patient et patient. On leur a permis d’avoir beaucoup trop de temps et d’espace. On va se dire les vraies choses, on joue contre une très, très bonne équipe de hockey. Ils étaient prêts et plus le match a avancé, moins je nous ai senti capables de suivre le rythme.»

En deuxième, alors que c’était 3 à 1 pour les Remparts, Chicoutimi a obtenu une chance en or de revenir de l’arrière lorsque Pier-Olivier Roy et James Malatesta ont été chassés sur la même séquence pour offrir un avantage numérique de 5 contre 3 aux visiteurs.

Ils n’ont toutefois pas été en mesure d’en profiter.

«Après ça, on s’est écroulé. On avait une chance de revenir, mais on n’a tout simplement pas exécuté. Nos joueurs n’étaient pas à la bonne place et quelques-uns ont tenté de sauver le monde à eux seuls en se disant que puisque ça n’avait pas marché lors des vingt premières secondes, ils iraient le marquer le but. Ce n’est pas l’approche qu’on veut comme équipe.»

Le match no 2 aura lieu samedi, au Centre Vidéotron.