HKN-HKO-SPO-TAMPA-BAY-LIGHTNING-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS---GAME-ONE

Crédit : AFP

Séries de la LNH

Auston Matthews reste de glace

Publié | Mis à jour

TORONTO - Auston Matthews et Mitchell Marner avaient marqué un grand total d’un but en sept matchs contre le Canadien l’an dernier au premier tour des séries. Ils avaient pris une bonne portion du blâme sur leurs épaules pour l’élimination rapide face au CH.

Un an plus tard, les deux grandes étoiles des Maple Leafs ont déjà une meilleure fiche face au Lightning de Tampa Bay. Après deux rencontres, Matthews et Marner ont chacun touché la cible deux fois et ils partagent le sommet des pointeurs de leur équipe avec cinq points chacun.

Ainsi, Matthews et Marner ont dépassé leur production du printemps dernier. Le numéro 34 avait obtenu cinq points (1 but, 4 aides) en sept rencontres face au CH, alors que le numéro 16 avait terminé avec quatre points (0 but, 4 aides).

Psychologiquement, les Leafs ont déjà signé une petite victoire. Au-delà d’une série égale à 1 à 1 contre le Lightning, l’équipe de Sheldon Keefe a l’assurance que ses deux joueurs vedettes ont coché présent.

«C’est très positif, a reconnu Keefe. Ils se sentent bien, ils ont trouvé des façons de marquer des buts. Quand tu joues contre un gardien comme [Andrei] Vasilevskiy, tu sais que ce ne sera pas facile. Mais ils ont déjà marqué de gros buts pour nous. C’est bon signe de savoir qu’ils ont noirci la feuille de pointage rapidement dans cette série.»

Ancien capitaine des Flames de Calgary et premier capitaine de l’histoire du Kraken de Seattle, Mark Giordano s’attendait à voir ses deux jeunes coéquipiers au sommet de leur art.

«Ils jouent bien, ils sont les gars qui conduisent cette équipe, a dit Giordano. Depuis mon arrivée à Toronto, c’est exactement ce qu’ils font. J’aime les regarder jouer. Auston et Mitch ont connu deux bons matchs, pas juste offensivement. Ils ont réalisé de gros jeux défensifs également avec de bons replis et en brisant des deux contre un.»

La même mentalité  

À quelques heures du départ pour Tampa, jeudi, Keefe avait convié ses joueurs à une rencontre d’équipe. Seulement une poignée de joueurs ont sauté sur la glace du centre d’entraînement à Etobicoke.

Giordano, Jack Campbell et Matthews ont rencontré la presse locale. Questionné à savoir s’il se sentait plus en confiance que l’an dernier, Matthews est resté assez de glace.

«Mon état d’esprit ne change pas trop, a-t-il répliqué. Peu importe ce qui arrive, j’ai toujours la même concentration et la même mentalité. Je veux jouer mon style de jeu et je dois aider mon équipe à gagner.»

Ralentir Hedman  

Les grands joueurs trouvent des façons d’élever leur jeu en séries. Si Matthews et Marner ont un bon départ, c’est la même chose pour Victor Hedman. Dans le deuxième match, le Suédois était le meilleur joueur sur la patinoire avec quatre points (1 but, 3 aides).

«Tu dois le garder dans son propre territoire, a prévenu Giordano. Il faut placer des rondelles derrière lui. Il est le meilleur défenseur de la LNH, probablement depuis cinq ou six ans. Il joue très bien dans sa zone, il patine bien, il est bon offensivement et il a un impact dans toutes les situations.»

«Il est gros, fort et il fait tout sur la glace, a renchéri Matthews. Il est aussi bon offensivement que défensivement. Il est comme l’ancrage du Lightning. Tu ne peux pas lui donner du temps et de l’espace et lui permettre de bien se sentir. Les gros noms du Lightning ont poussé fort lors de la deuxième rencontre. Ce sera maintenant à notre tour de répondre.»

La discipline  

Il y a une croyance voulant que les arbitres rangent leur sifflet en séries. Ce n’est pas le cas dans cette confrontation entre le Lightning et les Maple Leafs. Après deux matchs, le Lightning a déjà profité de 12 occasions en supériorité numérique, comparativement à 10 pour les Leafs.

Dans le revers de 5 à 3 mercredi soir à Toronto, les Maple Leafs ont donné trois buts en sept désavantages numériques.

«Il y a plusieurs punitions, partout dans la LNH depuis le début des séries, a affirmé Giordano. Ce n’est pas juste notre série. Les arbitres sont sévères. Comme joueurs, nous devons simplement nous ajuster. Tu deviens dans le trouble quand tu arrêtes de bouger tes pieds. Il n’y a pas de doute que les arbitres sont stricts.»

Jack Campbell, un homme de peu de mots devant les micros, a aussi parlé de l’importance de la discipline pour son équipe. L’Américain de 30 ans a dérogé des réponses clichées pour une seule question de sa mêlée de presse de 2 min 30 s. Et c’était sur le jeu en supériorité numérique des hommes de Jon Cooper.

«Ils ont évidemment un bon avantage numérique. Ils ont deux options dangereuses avec leurs deux gars [Steven Stamkos et Nikita Kucherov]. Il n’y a pas beaucoup d’équipes avec deux armes comme ça. Au premier match, nous avons fait un bon travail pour les contenir. Mais ils sont de bons joueurs et ils réussiront des jeux. Comme gardien, mon travail consiste à bloquer des rondelles.»