Séries de la LNH

Kirill Kaprizov a suivi la même recette

Publié | Mis à jour

La série opposant les Blues de St. Louis au Wild du Minnesota risque d’être longue et palpitante, même si les deux premiers affrontements disputés à St. Paul, lundi et mercredi, n’ont pas été serrés.

La troupe de l’entraîneur-chef Dean Evason a renversé la vapeur, au grand plaisir de ses partisans, répliquant aux Blues avec un gain de 6 à 2. Pourtant, le Wild avait été plutôt inerte deux jours plus tôt, dans un revers de 4 à 0. Sauf qu’après avoir vu David Perron voler la vedette pour les visiteurs durant la première partie, Kirill Kaprizov a pris la situation en main dans le camp adverse, réalisant un tour du chapeau.

L’ailier a montré pourquoi il a totalisé 47 buts et 108 points en saison régulière. Il a touché la cible en avantage numérique pour porter le pointage à 3 à 0, avant d’inscrire les deux derniers filets des siens. Le joueur de 25 ans a ainsi été récompensé pour sa patience après un match décevant pour toute son équipe.

«Honnêtement, je ne voulais rien changer comparativement à la première rencontre, a-t-il admis au site NHL.com. Je croyais même qu’il y a eu des occasions de compter n’ayant pas été de notre côté. Donc, dans la deuxième joute, j’ai essayé de suivre la même recette et d’accomplir les mêmes trucs. Certes, ç’a fonctionné. Je veux conséquemment ne pas trop me concentrer sur la production. Il s’agit seulement de jouer.»

Evason semble de son avis, jugeant que de grandes modifications au plan n’étaient pas justifiées ici.

«Nous avons parlé de ce que nous devions effectuer pour l’aider à se démarquer sur la glace. On n’aura pas à tout faire. Il accomplit ce qu’il se doit. Il continuera de jouer solidement. Oui, il y a deux ou trois adversaires autour de lui tentant de le frapper. Il maintient le cap et s’occupe de ses affaires. Ça ne devrait pas représenter une surprise, a-t-il souligné. Il prend le tout comme un gros défi et il l’a relevé ici.»

Les Québécois se distinguent 

Chez les Québécois du Wild, Marc-André Fleury a rebondi après une sortie vaine. L’auteur de 32 arrêts avait obtenu la confiance de son pilote, qui l’avait préféré à Cam Talbot pour amorcer le duel. Il en a profité pour signer son 91e gain des séries en carrière, de sorte qu’il se trouve à une victoire de Grant Fuhr et du troisième rang de la Ligue nationale à ce chapitre.

Pour sa part, Frédérick Gaudreau a encore fait du bruit dans un match éliminatoire. Il a capitalisé sur un avantage numérique pour faire 2 à 0 au vingt initial en saisissant un retour de lancer de Jonas Brodin. L’ancien des Predators de Nashville affiche un bon bilan en séries, lui qui revendique cinq buts et deux aides en 16 rendez-vous d’après-saison dans le circuit Bettman.

Le troisième match de la confrontation aura lieu vendredi, 21 h 30, à St. Louis.