Club de foot Montréal

Changement de logo: c’est bon signe

Changement de logo: c’est bon signe

Patrice Bernier

Publié 05 mai
Mis à jour 05 mai

Comme vous, j’ai appris mercredi qu’un nouveau logo du CF Montréal fera bientôt son apparition.  

C’est la continuité de ce qui avait été annoncé lors de la nomination de Gabriel Gervais à titre de président et chef de la direction à la fin mars.  

C’était une nouvelle attendue par les supporters. C’est bon signe de les avoir entendus.  

On est tous curieux et attentifs par rapport au nouveau logo. Ce sera intéressant de voir s’il sera lié ou non à l’ancien et quel sera sa saveur. J’ai hâte de voir si les fans s’y identifieront plus. C’est fort probable que oui.  

Le nouveau logo permettra de voir quelles valeurs et quelle mission l’équipe veut envoyer comme message au grand public.  

Je sais que la MLS a son mot à dire dans ce qu’un club veut faire, l’équipementier aussi. Ce n’est pas comme dans les autres ligues, où les équipes ont la liberté complète. 

L’importance d’une culture gagnante  

Dans un autre sujet, si je vous parle d’une ancienne équipe de la USL, de propriétaires locaux, d’un stade de 60 000 places rempli et d’une finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, vous vous remettez dans les émotions de 2015, n’est-ce pas?  

La différence, c’est que ce sont les Sounders qui ont été couronnés, devenant ainsi les premiers vainqueurs MLS de la Ligue des champions. 

S’il y avait un club capable de le faire, c’est bien Seattle. C’était écrit. 

Pourquoi? Parce que les Sounders ont su développer une culture gagnante. Gagner, ça s’apprend.  

Quand je parle de culture gagnante, ça passe par avoir des standards élevés. Depuis son arrivée dans la MLS en 2009, les Sounders ont toujours participé aux séries. Ils détiennent le record de la MLS avec 13 qualifications consécutives. 

Ajoutez à cela sept apparitions en Ligue des champions de la CONCACAF, deux MLS CUP, un Supporters’ Shield (champion de la saison régulière) et quatre US Open Cup. 

Le même noyau (Lodeiro, Ruidiaz, Frei, Roldan) a permis à l’équipe d’accomplir ces exploits tout en prenant de l’expérience, implantant ainsi une culture gagnante, qui est maintenant bien établie.  

Les Sounders, le juste vainqueur  

L’arrivée de Nicolas Lodeiro en 2016 n’a pas été la seule raison pourquoi les Sounders ont remporté la Coupe MLS cette année-là. Depuis plusieurs saisons, on avait fait le choix judicieux des acquisitions des joueurs désignés Dempsey, Obafemi Martins, Ruidiaz, Joâo Paulo, et aussi la rétention de talent international américain comme Jordan Morris joueur (avec une allocation ciblée), Cristian Roldan et plus récemment son frère Alex Roldan, un international du Salvador. 

Puisque les Sounders sont constamment dans la conversation pour le titre, plusieurs joueurs sont prêts à jouer à Seattle en fin de carrière dans l’espoir de gagner un trophée (Kelyn Rowe, Fredy Monteiro, Will Bruin). Cela apporte de la profondeur à l’effectif, une portion souvent manquante par le passé en MLS pour gravir ce dernier échelon contre le rival mexicain. 

Les Sounders ne font pas seulement qu’attirer des joueurs de l’extérieur ou expérimentés, ils font aussi pousser le talent local. On en a eu la preuve mercredi alors que le jeune de 16 ans formé au club Obed Vargas est entré dans le match pour remplacer le joueur désigné Joao Paulo Mior. N’oublions pas qu’ils ont alignés cinq adolescents la saison dernière dans une rencontre de la MLS ( Vargas, Atencio, Leyva, Baker-Whiting, Ocampo-Chavez).

Il y a aussi une saveur locale parmi les propriétaires, dont font partie entre autres le légendaire joueur de baseball Ken Griffey jr, le quart de la NFL Russell Wilson et le chanteur Macklemore, en plus de compagnies de Seattle.  

Bref, les Sounders étaient les justes vainqueurs pour briser la malédiction de la MLS. 

Reste à voir si la MLS peut poursuivre sur cette lancée. C’était dû. On se souvient les finales perdues (Real Salt Lake City en 2011, Montréal en 2015, Toronto en 2018, LAFC en 2020). Est-ce le début d’une série victorieuse MLS? 

L’écart se resserre  

Par ailleurs, ce triomphe des Sounders démontre que l’écart sportif entre les équipes de la MLS et celles du Mexique s’est rétrécit avec le temps. 

Si les clubs mexicains avaient remporté toutes les autres éditions de la Ligue des champions de la CONCACAF, c’est parce qu’ils étaient habitués de gagner dans leur championnat. Les derniers champions mexicains sont aussi régulièrement les prétendants au titre national. Ce qui n’est pas toujours le cas en MLS. 

Cette culture gagnante est établie au Club America, à Cruz Azul et chez les Tigres. La pression est ressentie au moment d’enfiler le maillot, même qu’il est attendu de gagner dans ces grands clubs mexicains. 

Chapeau aux Sounders!  

Crédit photo : AFP