LNH

Le drôle de repas de Domingue avant son entrée en jeu

Publié | Mis à jour

Le Québécois Louis Domingue a passé le plus clair de son temps dans la Ligue américaine de hockey cette saison, disputant le grand total de deux matchs chez les Penguins de Pittsburgh, et il était loin de se douter qu’il allait non seulement être en uniforme au début des séries de la Coupe Stanley, mais qu’il aurait à se joindre à l’action.

Ayant disputé 22 parties du calendrier régulier avec le club-école de Wilkes-Barre/Scranton, le gardien agissait mardi comme substitut de Casey DeSmith, puisque Tristan Jarry est ennuyé par une blessure au bas du corps. Et, visiblement, il s’attendait à une soirée calme dans le premier choc de la série face aux Rangers de New York, mais peut-être pas si longue : entre les première et deuxième prolongations, il a apaisé sa faim dans le vestiaire des siens avec du porc et du brocoli.    

Or, cette nourriture lui a procuré de l’énergie qu’il avait bien besoin. Effectivement, DeSmith (bas du corps) a pris le chemin des douches pendant la deuxième période supplémentaire, de sorte que Domingue a dû regretter sur le coup d’avoir fait taire son estomac. Toutefois, il a pris la relève avec brio, réussissant 17 arrêts pour aider les siens à triompher 4 à 3 au Madison Square Garden.

«Pour être franc, je me suis senti bien immédiatement, a admis le principal concerné au site NHL.com, lui qui a stoppé un tir d’Adam Fox dès la première mise au jeu suivant son arrivée. Je ressentais zéro pression. Vous rêvez de cela toute votre vie. Vous jouez en prolongation pendant les séries. Vous vous moquez de moi? Vous pouvez croire que vous risquez d’être nerveux dans une telle situation, mais ce fut juste plaisant pour moi.»

Domingue a ainsi disputé une première rencontre des séries de la Ligue nationale depuis le 7 mai 2018, quand il évoluait avec le Lightning de Tampa Bay. Et, quand DeSmith s’est dirigé vers la porte de sortie près de lui et qu’on l’a avisé de se préparer, il a été pris par surprise.

«Les deux arbitres étaient là. Jonny Murray et Frédérick L’Écuyer sont deux francophones et lorsqu’ils m’ont dit que je devais embarquer, je pensais qu’ils blaguaient, a-t-il dit. Après, bien, vous êtes juste là et vous jouez. Ce fut malade, mais j’imagine que c’est la vie. C’est le hockey.»

Une option de choix     

Si l’entraîneur-chef Mike Sullivan doit s’en remettre aux services de l’ancien des «Bolts» et de quelques autres équipes, il espère certes avoir droit à la même performance que celle de mardi.

«J’estime que Louis a accompli un boulot formidable, a-t-il commenté. Ce n’est pas une tâche facile lorsque vous avez été assis sur le banc si longuement. C’est déjà assez dur en saison régulière, alors imaginez avec tout le temps supplémentaire que nous avons joué. Il était sur le banc durant longtemps.»

Pour ce qui est du gardien qui défendra sa cage dans le deuxième match de la série, diffusé à TVA Sports jeudi à 19 h, Sullivan ne peut rien certifier. Le cas de DeSmith sera réévalué.

«Nous verrons comment ça se présente, mais selon le portrait actuel, Casey est à l’écart, a avoué le pilote. Son statut est analysé au jour le jour. Nous prendrons les décisions appropriées à partir de ce que nous constaterons.»

Petite pensée  

Les Penguins ont également eu une petite pensée pour le gardien d’urgence du Madison Square Garden, mardi. Avec la blessure à DeSmith, Reid Robertson aurait en effet été le prochain à qui on aurait fait appel.

Les entraîneurs des Penguins l’ont invité à une séance d’entraînement optionnelle, mardi.