Séries de la LNH

L’Avalanche a envoyé son message

Publié | Mis à jour

L’Avalanche du Colorado ne pouvait pas espérer connaître un meilleur match lors de sa première sortie face aux Predators de Nashville en séries éliminatoires.

Le club de l’entraîneur-chef Jared Bednar a fait mouche cinq fois en première période et l’a finalement emporté 7 à 2, mardi soir. 

«J’ai l’impression que nous avons joué exactement de la façon dont nous voulions le faire, a déclaré le pilote en conférence de presse. Nous utilisions notre vitesse, nous étions les premiers sur la rondelle, les gars appliquaient bien l’échec-avant, nous étions agressifs et nous défendions très bien. C’était un effort sur 200 pieds de nos gars.»

Les patineurs des «Avs» sont les premiers à le reconnaître : ils ont la pression de gagner cette année. La formation est bourrée de talent depuis quelques saisons déjà, mais n’a pas encore trouvé le moyen de s’approcher du Saint Graal.

Faire les choses à leur manière 

Avant leur premier duel de la première ronde éliminatoire, les joueurs de l’Avalanche se sont parlé dans le blanc des yeux.

«Nous en avons discuté avant la partie de l’importance de commencer en force et de jouer à notre manière. Nous avons été récompensés d’avoir fait ça», a indiqué Gabriel Landeskog.

«Personne n’a triché. Nous n’étions pas inactifs quand nous n’avions pas la rondelle et nous n’avons pas tenté de trop en faire pour obtenir des chances de marquer. Nous nous en tenions à notre style de jeu, soit avec de l’ardeur et de la rapidité.»

Il s’agissait par ailleurs du premier match de Landeskog depuis le 10 mars dernier, lui qui a été opéré à un genou. Le capitaine des «Avs» a très bien fait avec une récolte d’un but et d’une mention d’aide.

Le spectacle Makar 

C’est cependant la tenue du défenseur Cale Makar qui a retenu principalement l’attention dans ce premier match. L’Américain de 23 ans a touché la cible une fois et s’est fait complice de deux réussites de ses coéquipiers.

Sur son but, il a de nouveau démontré toute l’étendue de son talent. En possession de la rondelle à la ligne bleue, Makar a déjoué son couvreur d’une belle feinte et s’est habilement dirigé vers le filet adverse. Il a ensuite trompé le gardien David Rittich malgré un angle très restreint.

«La rondelle a fait un bond bizarre et j’ai vu l’opportunité de foncer, a raconté celui qui sera assurément en lice pour le trophée James-Norris en 2021-2022. La plupart du temps, je n’essaie pas ce type de jeu, mais j’avais l’impression d’avoir la chance de me rendre au filet. La rondelle a rebondi sur son casque [celui de Rittich]. J’ai donc été un peu chanceux, mais c’était amusant.»

Makar, Landeskog et leur bande tenteront de porter leur avance à deux matchs ce jeudi, lors du deuxième match présenté au Ball Arena.