LNH

«J'étais nerveux» - Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Touché de l'invitation du Canadien de Montréal, Patrick Roy a apprécié partager l’expérience qu’il a vécue avec Guy Lafleur, mardi, lors de ses funérailles nationales.

Le discours qu’il a livré a fait beaucoup réagir et a été, selon plusieurs, l’un des moments forts de la cérémonie. 

«C’est triste de voir partir quelqu’un si jeune, mais c’était bien organisé. J’étais nerveux avant de faire mon allocution, sauf que le fait de voir les autres avant moi m’a permis de bien me sentir et d’être prêt mon tour venu», a-t-il reconnu, mercredi.

Dans son discours, Roy a parlé des trois moments marquants qu’il a vécus avec l’ancien numéro 10 du Canadien : sa première rencontre avec lui au camp d’entrainement de 1984, la fois qu’il a affronté le Démon blond à l’occasion de son grand retour au Forum de Montréal en 1989 ainsi que sa dernière rencontre avec lui, il y a quelques mois, au Centre Vidéotron.

Tous des moments qu’il tenait à souligner.

«Ç’a été pour moi un grand plaisir de pouvoir échanger sur ma première rencontre, sur le match [du 4 février 1989] ainsi que sur sa dernière visite ici au Centre Vidéotron. Ce sont les moments qui m’avaient marqué dans mes rencontres avec Guy. Je n’étais pas nécessairement super proche de lui, mais il existait quand même beaucoup de respect autant de sa part que de la mienne. J’ai été touché que le Canadien me permette de faire une allocution afin de pouvoir lui rendre hommage et de partager mon histoire.»

Pointe d'humour 

Dans son allocution, Roy a d’ailleurs fait preuve d’humour à quelques occasions, entre autres lorsqu’il a raconté à quel point la soirée du 4 février 1989 était «magique».

«Tellement magique que quand il m’a scoré deux buts, j’ai reçu une ovation!», a-t-il mentionné avant de déclencher une vague de rires.

«On ne sait pas toujours comment s’y prendre, si ça va bien passer ou pas. Par contre, pour moi, c’était un moment fort, le match du 4 février 1989. C’est dans la mémoire des gens et j’entendais certaines personnes dire que ça faisait partie des matchs les plus importants auxquels ils ont assisté. Ç’a été le cas pour moi aussi.»

Parmi ce qu’il se rappellera entre autres de cette rencontre, c’est la tenue du Démon blond devant toute l’attention qu’il suscitait.

«La façon dont il a géré ça, c’est incroyable. Le fait avec autant d’humilité et être capable de performer ensuite. Guy, c’était un ‘’performer’’. Il est arrivé dans ce match et, bang, deux buts et une passe. Beaucoup de joueurs auraient pu s’écraser mais lui, il ne s’écrasait pas, je peux te dire ça.»