JiC

Dans les coulisses du discours de Patrick Roy à Guy Lafleur

Publié | Mis à jour

Le discours de Patrick Roy aux funérailles de Guy Lafleur a touché tout le monde. 

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie, mercredi, le principal intéressé a raconté dans quel état d'esprit il se trouvait quelques minutes avant de prendre la parole.   

«Je vais être honnête, j'étais hyper nerveux avant d'y aller. J'étais content que Geoff Molson, Yvan Cournoyer, Larry Robinson et Guy Carbonneau passent avant moi. Les gens nous voient souvent comme des gens qui performent. Mais avant de performer, il y a la préparation et la nervosité de vouloir bien faire. Je voulais être à la hauteur pour Guy Lafleur. J'ai trouvé que l'allocution était comme un match. Les deux ou trois premières minutes, j'étais très nerveux. Après, j'ai trouvé mes repères et ça s'est bien passé.» 

Malgré tout, l'ancien des Canadiens n'aurait pas voulu être ailleurs pour rien au monde. Il tenait à rendre hommage à son ami.

«C'est un bel honneur que les Canadiens m'ont donné de faire une allocution aux funérailles de Guy Lafleur. C'est quelque chose que je ne voulais pas prendre à la légère et j'étais bien préparé. Je cherchais un angle et c'était important pour moi de raconter la première fois que j'ai rencontré Guy. Je voulais que les gens ressentent le même sentiment. Je trouvais que c'était important de partager ça avec les gens.» 

Roy estime également retenir un héritage précieux de Guy Lafleur.

«On redonne par notre authenticité. On n'a pas peur de dire ce qu'on ressent. Parfois ça passe et parfois ça ne passe pas, mais c'est comme ça qu'on est. Nous sommes authentiques. Je pense que c'est pour ça que les gens avaient tant d'admiration pour Guy. Si je peux retenir une chose de lui, c'est de rester authentique. Il ne faut pas se gêner de dire les choses comme elles le sont.» 

Le grand patron des Remparts tenait aussi à louanger le légendaire numéro 10 pour tout ce qu'il a apporté à son équipe de la LHJMQ.

«Guy Lafleur a tellement été extraordinaire pour l'organisation des Remparts de Québec. Je ne me souviens pas d'une fois où il a dit non. Pour moi, ça en dit beaucoup sur qui il est. L'hommage qu'on a eu la chance de faire à son endroit était pleinement mérité. Je pense qu'il était très émotif. Peut-être qu'il en savait plus que nous lors de ce moment. On voulait faire les choses en grand parce que c'est comme ça qu'il a été tout au long de sa carrière.» 

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.