Crédit : AFP

NBA

Masai Ujiri fier de ses Raptors

Publié | Mis à jour

Le président des Raptors de Toronto Masai Ujiri était très fier de ce que ses hommes ont accompli lors de la dernière saison.

Le dirigeant de 51 ans n’avait que de bons mots envers les membres de son organisation lors de sa conférence de fin de saison, mardi, que ce soit l’entraîneur-chef Nick Nurse, pour qui Ujiri a affirmé que les rumeurs d’un départ n’étaient que cela, des rumeurs, ou encore le joueur vedette Pascal Siakam, qui s’est relevé après une saison difficile.

Rares sont les représentants des Raptors qui avaient eu du succès en 2020-2021, eux qui avaient dû déménager en Floride en raison de la COVID-19. Les critiques ont toutefois été plus dures à l’endroit de Siakam, qui avait été nommé sur la deuxième équipe d’étoiles de la NBA la saison précédente et pour qui les attentes étaient élevées.

«Je suis tellement fier de lui. Je veux ce genre de gars dans mon équipe. Je veux ce genre de battant dans mon équipe. Quand tu peux te relever après tout ce qu’il a vécu : vous êtes témoins, les gens lui ont donné toute sorte de noms [des insultes] racistes, plein de choses ont été dites contre cet homme en raison du basketball, en raison du sport.

«Oui il est payé [pour jouer], mais c’est aussi un être humain, n’est-ce pas? Et il est demeuré debout, droit et a fait face à cela quand il est revenu, il a été touché de nouveau et s’est blessé. Ce genre de choses devraient abattre quelqu’un, n’est-ce pas? Mais de le voir revenir à ce niveau et se battre, c’est le genre de gars avec qui je veux aller à la guerre. Je suis fier de lui, très fier de Pascal.»

Le Camerounais s’est repris de belle façon cette saison, lui qui a maintenu des moyennes de 22,8 points, 8,5 rebonds et 5,3 passes décisives par match, en plus d’être sur le parquet près de 38 minutes par match, un sommet dans la NBA en 2021-2022. Siakam a d’ailleurs mené les siens vers une fiche de 48-34, bien au-delà des attentes en début de saison, ce qui leur a valu la cinquième place dans l’Association de l’Est.

Le noyau est présent

Ujiri a aussi fait part de ses plans pour la prochaine saison morte. Les chances de voir un nouveau joueur d’impact débarquer dans la seule organisation canadienne de la NBA sont plutôt minces, d’abord en raison de la masse salariale, mais aussi parce que le président croit que tous les éléments sont déjà en place.

«Pascal devra faire un bond vers l’avant. Fred [VanVleet] aura besoin de faire un bond vers l’avant, a lancé Ujiri. OG [Anunoby] devra jouer plus de matchs. Il aura aussi besoin de faire un bond vers l’avant. Precious [Achiuwa], [Chris] Boucher, tous ces gars devront faire un bond vers l’avant.»

C’est donc dire que des visages familiers devraient composer l’édition 2022-2023 des Raptors, presque la même qui a subi l’élimination en six matchs contre les 76ers de Philadelphie au premier tour éliminatoire. Les Raptors étaient d’ailleurs l’une des équipes les plus jeunes parmi les 16 en séries éliminatoires.

«C’est la raison pour lequel j’aime le fait qu’ils aient eu cette expérience de six matchs en séries, de dire Ujiri. Pour qu’ils puissent voir ce que c’est que d’être dans ce genre de situation. Nous devrons faire un saut vers l’avant. Nous devrons être meilleurs. C’est ce à quoi servira le prochain été.»