Canadiens de Montréal

Guy Lafleur, un homme à la hauteur du mythe

Publié | Mis à jour

Depuis qu’il a été nommé entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Martin St-Louis a eu l’occasion de parler aux anciens de l’organisation. Il a ainsi entendu récemment de nombreuses anecdotes à propos de Guy Lafleur, dont certaines l’ont surpris.

Le pilote a ainsi pu séparer les mythes de la réalité, et à son grand étonnement, certaines histoires qui semblaient farfelues se sont avérées vraies. Il a ainsi pu confirmer le fait que Guy était parfois prêt pour les matchs, en uniforme... à 14 h.   

«Je ne pense plus que ça va se voir», a lancé St-Louis sur les ondes de LCN, mardi, quelques instants avant les funérailles nationales du Démon blond à Montréal.

«Ce sont des choses que j’avais entendues, mais tu n’es pas sur si ce sont des histoires gonflées. Mais je parlais aux anciens récemment et ils m’ont parlé de ça. Je n’en reviens pas!»

Un autre élément qui a marqué St-Louis, c’est l’éthique de travail du numéro 10. Ayant vu jouer Lafleur lorsqu’il était tout jeune, l’instructeur en a rapidement fait un modèle à imiter.

«Ça n’a pas été long qu’il est devenu mon idole, a lancé St-Louis. Ç’a été ma première idole. Avec raison. Les cheveux blonds dans le vent, en zone neutre à 100 milles à l’heure, le tir, sa détermination d’aider l’équipe à gagner. C’était facile.»

«Ce que j’ai entendu dire de plus dernièrement avec les anciens, c’est à propos de son éthique de travail, a-t-il ajouté. Tu peux avoir tout le talent dans n’importe quoi, si l’éthique ne l’égale pas, tu n’atteindras jamais les sommets. Guy l’avait, et je ne suis pas surpris.»

Par ailleurs, presque tous les joueurs de l’édition actuelle du Tricolore étaient présents pour les funérailles. Le capitaine Shea Weber, de même que le gardien Carey Price, y ont assisté.

«Ça va être difficile» - Yvan Cournoyer    

Sur le parvis de la cathédrale Marie-Reine-du-Monde, où les funérailles nationales de Guy Lafleur se tenaient mardi, plusieurs anciens joueurs du Canadien de Montréal étaient présents pour souligner l’authenticité et les valeurs humaines du Démon blond.

Parmi eux, Yvan Cournoyer, Larry Robinson, Serge Savard, Guy Carbonneau, Mario Tremblay et Patrick Roy étaient là. Ces deux derniers étaient d’ailleurs assis l’un à côté de l’autre durant la cérémonie. Une image forte.

«Guy n'était pas juste mon coéquipier, c'était mon ami, a notamment indiqué Cournoyer. Ça va être difficile. On se connaissait depuis plus de 40 ans, et chaque fois, on se serrait la main. Il va me manquer à tous les jours ».

Robinson, lui, a plutôt eu une drôle de façon de saluer la mémoire du disparu, une phrase qui aurait sans doute fait sourire Lafleur.

«Je ne peux pas choisir le plus beau souvenir. C’est un peu comme ouvrir une caisse de bières. C’est difficile de dire laquelle est la meilleure», a-t-il imagé en entrevue avec "Le Journal de Montréal".

ROBINSON -

Décédé à l’âge de 70 ans le 22 avril des suites du cancer du poumon, l’ancien numéro 10 a marqué les esprits, autant des partisans que des gens qu’il a côtoyés dans sa vie.

«Très difficile pour tout le monde. Comme il disait: "ça passe tellement vite". On a tellement eu de bons moments. À l’instar du Rocket – j’ai vu jouer [Maurice Richard], et j’ai joué quatre ans avec Jean Béliveau. Alors c’est le trio, ce sont les trois plus grands de l’histoire du Canadien. Les trois ont marqué, à leur façon, d’une façon différente, toute une population», a pour sa part noté l’ex-défenseur et directeur général Serge Savard.

SAVARD -

Faire face à ses responsabilités    

Vincent Damphousse parlait souvent à Lafleur puisqu’ils fréquentaient le même restaurant. Or, c’est une rencontre en 1996, lorsque Damphousse était capitaine, qui l’a marqué.

«J’avais de la difficulté au niveau de la production offensive et l’équipe n’allait pas bien, s'est souvenu l’ancien attaquant. J’avais parlé à Guy lors d’un événement. Je sentais le besoin de dire quelque chose aux joueurs [dans le vestiaire], mais j’avais de la misère à me pousser à le faire. Il m’a encouragé à le faire, et ç’a bien fonctionné. D’entendre Guy Lafleur, ça m’a donné le courage de faire face à mes responsabilités.»

Ce qu’ils ont dit :      

  • «Quelle fierté il a donnée à la nation québécoise!» -François Legault, premier ministre du Québec 
  • «Ça va être difficile. On se connaissait depuis plus de 40 ans, et chaque fois, on se serrait la main. Il va me manquer à tous les jours» -Yvan Cournoyer 
  • «C’était l’idole, le héros, l’inspiration, la preuve vivante, qu’on peut et doit rêver grand» -Patrick Roy 
  • «Guy était un ambassadeur hors pair qui a représenté le Canadien de Montréal parfaitement. (...) C’était un être humain incroyable et un joueur d’équipe pour le bien des communautés qui en avaient besoin» -Geoff Molson 
  • «Je ne peux pas choisir le plus beau souvenir. C’est un peu comme ouvrir une caisse de bières. C’est difficile de dire laquelle est la meilleure» -Larry Robinson 
  • «Il faisait tout en son pouvoir pour que je me sente à ma place. C’était ça, Guy Lafleur» -Guy Carbonneau, rappelant son premier camp avec le Canadien 
  • «Tu peux avoir tout le talent dans n’importe quoi, si l’éthique ne l’égale pas, tu n’atteindras jamais les sommets. Guy l’avait, et je ne suis pas surpris» -Martin St-Louis 
  • «Des souvenirs de générosité, d’accessibilité. C’était un homme d’un bloc, doté d’une franchise et d’une sincérité absolument extraordinaires» -Michel Lacroix 
  • «Guy Lafleur, physiquement, il est parti, mais il va vivre à jamais» -Enrico Ciccone 
  • «Pour moi, Guy Lafleur c’était un vrai héros» -Pauline Marois 
  • «Tout le monde est rallié par la grandeur de l’évènement et le côté humanité mise en valeur ces derniers jours à travers le décès de Guy Lafleur» -Mgr Christian Lépine  

(Avec la collaboration de Jean-François Chaumont, du Journal de Montréal)