Canadiens de Montréal

«Un vrai héros» - Pauline Marois

Publié | Mis à jour

Le monde politique était au rendez-vous aux funérailles de Guy Lafleur et ses acteurs ont pratiquement tous souligné l’importance du Démon blond pour sa société.

«Pour moi, Guy Lafleur c’était un vrai héros, a affirmé l’ancienne première ministre du Québec Pauline Marois. Les peuples ont besoin de héros. Nous avons raison de le reconnaître comme tel.» 

«C’était un homme généreux. Il donnait de son temps à ses partisans et aussi à la société dans laquelle il vivait. Souvent, les plus grands sont les plus humbles. C’était son cas», a ajouté Mme Marois.

Le premier ministre actuel du Québec, François Legault, a parlé de fierté.

«Aujourd’hui, on dit merci à Guy Lafleur. C’est l’un des nôtres qui était le meilleur joueur de hockey au monde. Quelle fierté! Il mérite amplement des funérailles nationales.»

«C’est un moment pour le remercier de sa profonde humanité et de la façon qu’il était au service de nous tous en tant que Québécois et en tant que Canadien, a quant à lui exprimé le premier ministre du Canada Justin Trudeau. Je suis tellement touché par sa vie. Aujourd’hui, nous devons réfléchir à ce qui nous a amenés et de toutes les façons qu’il continue à nous inspirer.»

Il n’a jamais oublié la LHJMQ 

Ayant longtemps été entraîneur-chef dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), Richard Martel a souligné l’importance de Guy Lafleur pour le hockey junior québécois.

Le membre du Temple de la renommée a brûlé le circuit junior québécois de 1969 à 1971, totalisant 233 buts et 379 points en 118 rencontres avec les Remparts de Québec. Il a d’ailleurs remporté la coupe Memorial avec les Diables rouges en 1971.

Lafleur n’a d’ailleurs jamais oublié le circuit qui lui a permis de faire ses marques,

«Le trophée de joueur par excellence des séries, il s’appelle [le trophée] Guy-Lafleur, a lancé le député fédéral de Chicoutimi-Le Fjord, sur les ondes de LCN, mardi, avant d’entrer dans la cathédrale Marie-Reine-du-Monde. Constamment, on a vu Guy Lafleur à travers la LHJMQ, durant les banques et les remises de trophée.»

«Il était toujours là, gentil, le cœur sur la main. Fin, toujours bien mis. Veux, veux pas, on dirait quasiment qu’on était dans sa famille quand on lui a parlé une fois.»

Un «chum» 

Enrico Ciccone a lui aussi opté pour une carrière politique après sa première vie dans le hockey. Il a partagé de nombreux moments avec le célèbre numéro 10 et il se sent choyé.

«Ce n’est pas tout le monde qui a la chance de devenir "chum" de hockey avec son idole, a lancé le député provincial de Marquette. On a joué ensemble pendant 15 ans avec les Anciens Canadiens. Guy Lafleur, physiquement, il est parti, mais il va vivre à jamais. [...] C’était l’ami de tout le monde.»

L’ancien premier ministre du Québec et actuel candidat à la chefferie du Parti conservateur du Canada, Jean Charest, est également venu rendre un dernier adieu à Lafleur. Il lui avait remis l’Ordre national du Québec en 2005.

«J’en garde un très bon souvenir. D’abord, son humilité. On lui rendait quand même un hommage bien senti. Pour nous tous, sa carrière de hockey est un très bon souvenir, mais sa vie après le sport a aussi été marquante par sa générosité. Il est très rassembleur; aujourd’hui, c’est la célébration d’une vie qui a beaucoup influencé les Québécois.»