Canadiens de Montréal

«Une zone grise inconfortable pour St-Louis»

Publié | Mis à jour

Le point de presse de Martin St-Louis lors du bilan de saison des Canadiens en a fait sourciller plusieurs. Ponctué de réponses sèches ou expéditives. À première vue, l’entraîneur-chef semblait vouloir être ailleurs. 

En fait, il a été permis d’apprendre plus tard que St-Louis avait rendez-vous avec ses joueurs presque au même moment où il parlait aux journalistes.   

Pour Philippe Boucher, rien ne clochait dans les réponses de l’instructeur lavallois.

«Je n’ai pas détesté son point de presse. Je me reconnais en lui un peu pour une raison et c’est que je n’avais pas coaché beaucoup avant d’être entraîneur», a-t-il expliqué à JiC, lundi, sur TVA Sports.

«Mon point de repère, c’était de l’ancien joueur que j’étais et comment je réagissais dans certaines situations. Il a réagi comme un ancien joueur un peu frustré, samedi, et c’est correct.»

Pour l’ex-défenseur de la LNH, Martin St-Louis veut l’heure juste. Il se pose des questions en vue de la prochaine saison et il aimerait bien avoir les réponses.

«Lui, il veut savoir qui il va garder, qui jouera en défense, qui sera devant le filet et il veut savoir qui viendra l’aider. Il ne veut pas être là pendant deux, trois ans à reconstruire et que, peut-être, quelqu’un profitera de son travail (accompli) dans quelques années, illustre Boucher, qui reconnait la transparence de l’organisation.

«On a décidé de répondre à toutes les questions, mais les réponses, tu ne les as peut-être pas tout le temps. Ça fait que tu tombes dans une zone grise. C’est peut-être une zone grise qui est inconfortable pour Martin St-Louis.»

Crédit photo : Photo Martin Chevalier

Encore les mêmes sujets de discussion  

Et qu’en est-il du cas de Carey Price, qui pourrait avoir disputé son dernier match? Difficile à déceler, surtout que les réponses du gardien étaient plus étoffées qu’à l’habitude.

«Une réponse d’une minute et demi ou deux, on n’est pas habitué à ça de Carey Price.» 

Enfin, Philippe Boucher croit que les partisans - voire les membres de la presse – devraient mettre l’emphase sur la loterie du repêchage et la cuvée elle-même, dont l’encan sera à Montréal.

«On parle encore des mêmes affaires. On parle de Carey Price et de si Shea Weber aurait dû mettre son chandail sur la glace, l’autre soir, ou si Carey Price va revenir. Ça veut dire que ça n’a pas été une grande saison à Montréal...»

Ci-dessus, écoutez l’intervention de Philippe Boucher à «JiC».