Crédit : PHOTO COURTOISIE / MATHIEU TANGUAY

Football universitaire RSEQ

Le Rouge et Or de retour à l’action

Publié | Mis à jour

C’est un Glen Constantin heureux de finalement voir ses étudiants-athlètes sur le terrain de football qui s’est présenté sur le terrain du Stade TELUS-UL.

Samedi, le Rouge et Or de l’Université Laval a débuté son camp de printemps. L’exercice, qui représente un premier pavé dans la mare en vue de la campagne 2022, se déroulera jusqu’au 7 mai. 

«C’était tellement plaisant de revoir les joueurs avec leurs casques et leurs épaulettes, après un long hiver d’entraînement en préparation physique», a déclaré l’entraîneur-chef de longue date après le premier entraînement des siens.

«Il y avait vraiment un bon niveau d’enthousiasme et d’énergie.»

Construire  

Soumis aux aléas de la pandémie de COVID-19 depuis deux ans, le monde du football universitaire québécois a l’impression de renouer avec un semblant de normalité en vue de la saison 2022.

Pouvoir tenir un événement comme un camp de printemps est une vraie bénédiction pour Constantin.

«C’est les premiers pas pour bâtir la saison 2022. C’est un privilège d’avoir un bloc où nous pouvons pratiquer sans interruption pendant sept jours.»

«Nous en profitons pour bâtir les fondements de nos systèmes en attaque, en défensive et sur les unités spéciales, ajoute celui qui occupe ses fonctions depuis décembre 2000. C’est aussi important pour l’identité de notre équipe. Il y a des postes qui sont en jeu. C’est important d’avoir un bon camp et de partir les choses de la bonne manière.»

Pas de complaisance  

Il est encore trop tôt pour parler des objectifs de la prochaine campagne, même si le Rouge et Or a l’habitude de ne viser rien d’autre que la victoire.

«Que nous soyons les champions défendant ou non, notre approche ne change pas. L’important, c’est de progresser, de n’avoir aucune complaisance et de vouloir s’améliorer», a clamé Constantin.

L’an dernier, l’Université Laval a maintenu un dossier de 5-3 en saison régulière et a baissé pavillon en finale de la coupe Dunsmore contre les Carabins de l’Université de Montréal.

«Considérant que cette fois-ci, nous ne sommes pas champions, c’est sûr qu’il y a une faim qui est présente pour progresser», a dit celui qui a remporté 14 fois le championnat québécois comme entraîneur-chef.

«Nous ne parlons aucunement de championnat pour le moment. Nous voulons simplement être la meilleure version de nous-même en vue du prochain camp d’entraînement.»