Crédit : Photo d'archives, Agence QMI

Football universitaire RSEQ

Gabriel Cousineau revient chez les Carabins

Publié | Mis à jour

Les Carabins de l’Université de Montréal (UdeM) ont rapatrié leur ancien quart-arrière et coordonnateur offensif Gabriel Cousineau au sein de leur groupe d’entraîneurs, lundi.

C’est donc un «retour à la maison» pour celui qui avait quitté son poste à l’UdeM en décembre 2019 pour de nouvelles expériences professionnelles. L’ancien pivot sera à nouveau l’entraîneur des receveurs de passes, en plus d’occuper les fonctions de coordonnateur offensif adjoint sous la responsabilité de l’entraîneur-chef Marco Iadeluca. Précédemment, il avait passé neuf ans comme étudiant-athlète et entraîneur chez les Bleus.

«Après le départ de Jason Hogan [pour les Blue Bombers de Winnipeg], ça n’a pas été bien long avant que Marco me lâche un coup de fil», a raconté Cousineau, qui était en Italie où il œuvrait à titre de quart-arrière pour les Warriors de Bologne.

«Ça n’a pas été très long avant que j’accepte de revenir avec les Carabins. Ça m’a fait du bien de partir et de découvrir autre chose. Je voulais cependant revenir à la maison. C’est ici que je me sens le plus à la maison. Je suis content de retrouver ma famille.»

Iadeluca est tout aussi heureux de retrouver le quart qui a grandement contribué au premier sacre de la Coupe Vanier des Carabins.

«Gabriel était un choix logique», a précisé Iadeluca, dans un communiqué de son organisation.

«Il a grandement aidé à bâtir ce programme et il connaît très bien nos valeurs et notre système. Les vétérans l’adorent et les jeunes de notre équipe vont découvrir l’un des meilleurs jeunes entraîneurs de la province.»

Plus expérimenté

En 2021, Cousineau occupait le poste de coordonnateur offensif des Phénix du Collège André-Grasset, après avoir été l’entraîneur des receveurs des Carabins de 2016 à 2019. Il a également assumé les fonctions de coordonnateur offensif après le départ de Marco Iadeluca en juillet 2018.

«J’arrive avec beaucoup plus de maturité, a indiqué Cousineau. En partant une première fois, il y a eu une sorte de cassure. Ce n’est plus le même monde qui est ici et il n’y a plus de joueurs avec qui j’ai joué. J’ai un bagage plus complet. En étant coordonnateur offensif au cégep, j’ai pu tester plus de choses. Je suis de retour et mieux outillé pour assister Marco.»

Rappelons qu’Iadeluca était le coordonnateur à l’attaque pendant les cinq saisons de Cousineau comme étudiant-athlète. Puis, les deux complices ont œuvré ensemble pendant deux ans comme entraîneurs chez les Bleus.

Cette fois, c’est bel et bien fini

Gabriel Cousineau voulait remettre son casque et ses épaulettes une dernière fois. C’est ce qu’il a pu faire cette année avec les Warriors de Bologne, en Italie.

Après la fin de sa carrière comme quart-arrière au niveau universitaire en 2015, le numéro 4 a directement fait le saut dans l’équipe d’entraîneurs des Carabins de l’Université de Montréal. Cinq ans plus tard, l’appel du terrain était encore présent et il a décidé de revenir au jeu en France, avec les Molosses d'Asnières-sur-Seine.

En 2022, il a de nouveau fait ses bagages pour revivre l’exaltation de lancer des passes de touché et il a atterri à Bologne.

«Je prends officiellement ma retraite, a-t-il dit lundi. La dernière fois que j’ai joué, c’était en France lors de la campagne 2020. Ma saison là-bas a pris fin en raison de la COVID-19. Cette fois-ci, c’est moi qui décide que ça se termine. J’ai vécu l’expérience européenne à fond et j’en suis très heureux.»

Cousineau accroche donc officiellement son casque pour revenir comme entraîneur chez les Carabins, une opportunité qu’il ne voulait pas rater. Ce retour, il le fait avec la certitude qu’il a vécu ce qu’il avait à vivre sur le terrain.

«Honnêtement, j’aurais pu continuer, a exprimé celui qui occupe le deuxième rang chez les quarts-arrière de la ligue italienne sur le plan des statistiques. Avec l’appel des Carabins, j’ai tout de suite su que c’était le moment de revenir.»

Une courroie de transmission

Les expériences européennes de Cousineau ajoutent de nouvelles cordes à l’arc du natif de Laval. Il recommande à tous les joueurs de football qui n’ont pas la chance de jouer chez les professionnels en Amérique du Nord de tenter l’expérience sur le Vieux-Continent. Il n’hésitera d’ailleurs pas à donner un coup de main à un compatriote qui souhaiterait faire le saut.

«Il y a une équipe de la France et deux formations italiennes qui m’écrivent chaque année pour que je leur recommande des joueurs. S’il y a de jeunes Québécois qui se cherchent un contact en Europe, ça me fera plaisir de les aiguiller dans la bonne direction.»

«C’est vraiment une expérience incroyable qui te permet de continuer à jouer au football, de voyager et de découvrir d’autres cultures», a conclu Cousineau.