Crédit : AFP

Renaud Lavoie

Un dernier tour de piste?

Un dernier tour de piste?

Renaud Lavoie

Publié 01 mai
Mis à jour 01 mai

Ça fait maintenant 16 ans de suite que les Penguins de Pittsburgh participent aux séries. Seize ans à regarder Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang se donner corps et âme pour s’assurer que les standards sont toujours élevés dans cette franchise. 

Mais voilà que pour la première fois, l’incertitude règne plus que jamais. La semaine dernière, on apprenait que le président des Penguins, David Morehouse, quittait après seize ans dans l’organisation alors que le groupe Fenway Sports (Red Sox) est maintenant propriétaire de la franchise. 

Ce changement important est un prélude à plusieurs autres qui s’en viennent et qui auront aussi un impact majeur sur la glace. D’abord, pas moins de huit joueurs auront droit à l’autonomie complète à la fin de la saison, dont Evgeni Malkin, Kristopher Letang et Bryan Rust. Imaginez deux petites secondes à quoi ressemblera cette équipe la saison prochaine si aucun de ces joueurs ne signe une prolongation de contrat. 

Profiter de l’opportunité 

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’ai hâte de voir ce que les Penguins vont accomplir en séries cette année. Seront-ils écrasés par l’incertitude qui plane au-dessus de leur tête ou au contraire, vont-ils se rallier en se disant que c’est probablement la dernière chance qu’ils ont ensemble pour faire des dommages en série ? 

Ce qui n’aide en rien les Penguins, c’est qu’ils se débrouilleront sans leur gardien numéro un, Tristan Jarry, pour encore un certain temps. Casey DeSmith, un autre joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, a maintenant la chance de se faire valoir, lui qui a arrêté 172 des 183 derniers lancers qu’il a reçus.  

DeSmith n’a jamais joué en série dans la LNH et sa dernière présence dans la danse du printemps remonte à 2017 avec le club-école des Penguins. Bref, c’est beaucoup de pression sur un gardien qui n’a jamais eu la chance de se retrouver dans une telle situation, mais en même temps une belle opportunité pour lui de se faire valoir. 

La clé, pour les Penguins, est la discipline alors que les Rangers dominent en avantage numérique avec 25% d’efficacité, ce qui les place au quatrième rang dans la LNH. Par contre, les Rangers en arrachent à cinq contre cinq, n’ayant marqué que 159 buts à forces égales (19e rang LNH), ce qui est seulement quatre de plus que les Canadiens durant toute la saison.  

C’est donc à compter de mardi que les Penguins vont débuter leur dernier tour de piste, du moins avec le noyau actuel et même si les Rangers sont favoris pour l’emporter, c’est ce même noyau qui contrôle complètement sa destinée, parce que gager contre Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Kristopher Letang, c’est toujours très risqué.