Canadiens de Montréal

Du pain sur la planche pour Paul Byron

Publié | Mis à jour

Paul Byron aura du pain sur la planche en prévision du prochain camp d’entraînement. Comme plusieurs autres, il aura des choses à prouver aux dirigeants du Canadien.

On peut même penser que son poste pourrait être en danger avec la venue de plusieurs jeunes au sein de la formation montréalaise. Par contre, ce n’est pas la première fois que Byron se retrouve dans une situation où il devra confondre les sceptiques.

• À lire aussi: Martin St-Louis expéditif et direct

• À lire aussi: Drouin veut rester à Montréal «encore plusieurs années»

Il ne l’a pas eu facile cette saison. Il a été à l’écart du jeu pendant la première moitié de la saison en raison d’une opération à la hanche gauche. En fin de saison, c’est la hanche droite qui l’a fait souffrir.

«Je ne crois pas que ça va mettre ma carrière en péril, a mentionné Byron. J’aurais été capable de revenir au jeu, mais j’ai manqué de temps.

«Selon ce que j’ai compris, ma hanche droite a compensé la gauche durant ma réadaptation. J’avais de la difficulté à me lever du lit ou à sortir de ma voiture ou même à marcher. Par contre, après une semaine, ça allait déjà mieux.»

Du gros travail en vue 

Byron a précisé que sa hanche gauche n’est pas encore à 100% de ses capacités.

«Je vais profiter des prochains mois pour me rebâtir. C’est une grosse tâche qui m’attend», a expliqué le rapide attaquant.

Comme ses coéquipiers, Byron a rencontré Kent Hughes et Martin St-Louis pour faire le bilan de sa saison.

«Tout ce qu’ils souhaitent, c’est que je puisse être capable de jouer chaque match. C’est difficile de prendre ton rythme de croisière quand tu sors et tu rentres de l’alignement tout le temps, a-t-il ajouté.

«Je peux encore m’améliorer sur certains aspects de mon jeu. Je dois mieux repérer les situations sur la patinoire et mieux reconnaître ce qui se développe devant moi.

«Il me reste une année de contrat. Je vais travailler fort durant l’été pour revenir à mon niveau. Il est aussi possible qu’on doive prendre une décision difficile si je ne suis pas capable.»