Pier-Olivier Roy (8) des Remparts de Quebec et Patrik Hamrla (31

Photo : Pier-Olivier Roy tente de déjouer le gardien Patrik Hamrla lors d’un match entre les Remparts et l’Océanic en novembre 2021. Crédit : Photo Didier Debusschère

LHJMQ

Les Remparts s’accrochent malgré l’indiscipline

Les Diables rouges signent leur 50e victoire de la campagne contre l’Océanic

Publié | Mis à jour

Un peu moins d’une semaine après que Zachary Bolduc eut atteint le cap des 50 buts, ce fut au tour des Remparts au complet d’atteindre la cinquantaine, vendredi. Leur victoire de 4 à 3 face à l’Océanic de Rimouski leur a permis de récolter un cinquantième gain cette saison.

Ce ne fut toutefois pas aussi convaincant que ça l’avait été depuis quelques semaines dans le camp des Remparts. 

Ils s’étaient offert un coussin de quatre buts en deuxième période, mais ont laissé l’Océanic revenir de l’arrière en raison de plusieurs pénalités d’indiscipline, laissant leurs rivaux s’approcher à un seul but quand Alex Drover a profité d’une pénalité à Zachary Bolduc pour inscrire son 13e de la saison, en troisième. Cette période a d’ailleurs été majoritairement à l’avantage des hommes de Serge Beausoleil.

« Depuis après les Fêtes, on joue bien et on ne donne pas beaucoup de chances quand on a l’avance. Ce soir, il y a eu un manque d’effort en troisième. On pensait qu’elle était finie après deux et on l’a eue dans la face. Au moins, on sort avec la victoire, mais on peut tirer de bonnes leçons de ce match-là », a réagi l’attaquant Pier-Olivier Roy, auteur d’un but et une passe.

Pour Patrick Roy, c’était davantage les pénalités inutiles qui ont fait tourner le vent de côté.

« On a pris de drôles de punitions, mais on n’a pas d’arguments : on a eu ce qu’on méritait », a-t-il mentionné, soulignant plus tard le travail des officiels après que son rival Serge Beausoleil eut critiqué une pénalité à Jacob Mathieu.

Un peu de violon à l’approche des séries, tiens, tiens.

« MATCH ENLEVANT »

Dans le camp de l’Océanic, Beausoleil se réjouissait de la résilience de ses troupiers.

« Je ne suis pas un adepte des prix de consolation, mais je suis fier de la résilience de mes gars. À 4-0, il y a beaucoup d’équipes qui auraient baissé les bras. On aurait pu manger une dégelée ce soir, mais en troisième période on a été solides », a-t-il fait remarquer. 

Aux prises avec plusieurs absents, Beausoleil a dû utiliser William Dumoulin à la position de défenseur pour un deuxième match de suite. Le no 90 a terminé avec un but et une passe.

« Je n’avais jamais joué là, mais on a un très bon entraîneur des défenseurs en Donald Dufresne. Il m’a beaucoup aidé », a-t-il mentionné.

ROY DANS L’HISTOIRE

Avec cette victoire, Patrick Roy a rejoint Benoit Groulx pour le plus grand nombre de victoires chez un entraîneur avec la même équipe avec 467 gains.

« J’ai beaucoup de respect pour Benoit Groulx. Je me suis toujours bien entendu avec lui et j’admire son cheminement et ce qu’il essaie de faire dans le monde du coaching. Il a connu beaucoup de succès à Gatineau et c’est un passionné. C’est toujours le fun d’être dans cette position, mais, en même temps, j’ai été chanceux, mon directeur général a fait du bon travail », a blagué celui qui occupe aussi cette fonction avec les Remparts. 

Les Remparts compléteront leur saison régulière à Rimouski, demain. Ils n’auront d’ailleurs besoin que d’un point pour confirmer leur première position du classement général de la LHJMQ. 

Il s’agirait d’un troisième titre de saison régulière pour l’organisation depuis sa renaissance, après ceux remportés en 1997-1998 et 1998-1999. 

Soirée émotive au Centre Georges-Vézina  

Les Saguenéens de Chicoutimi se sont inclinés devant le Drakkar de Baie-Comeau par la marque de 3 à 2 en fusillade, vendredi soir, au Centre Georges-Vézina. Les partisans saguenéens ont eu droit à un spectacle d’émotion.

Les Sags n’ont pas eu trop de difficulté à démarrer la partie après une cérémonie riche en émotion pour les joueurs de 20 ans, soit William Rouleau, Christopher Inniss et Michaël Pellerin.

Malgré le réveil du Drakkar, Chicoutimi a pris les devants en milieu de période avec Andrei Loshko. Ce dernier a décoché un missile en avantage numérique pour duper complètement le gardien Olivier Adam. Le calme est revenu dans le Centre Georges-Vézina puisque les visiteurs de la Côte-Nord ont répliqué quelques instants plus tard. Andrew Belchamber a profité de sa liberté devant la cage chicoutimienne pour déjouer Kevyn Brassard.

Les Bleus ont repris les commandes du match lors du début de la période médiane. Qui d’autre que Rouleau pour inscrire un but, alors que son stage junior touche à sa fin ! Avec un homme en plus sur la glace, le numéro 19 n’a eu qu’à pousser la rondelle dans un filet qui s’est retrouvé désert.

Après de longues minutes sans but, le Drakkar a créé l’égalité à l’aide du défenseur Marc-Antoine Pépin lors du début du dernier engagement. Un tir vif de la pointe qui n’a pas été arrêté par Brassard. Finalement, le débat s’est conclu en tirs de barrage grâce au Chicoutimien Vincent Collard.

Un hommage fort émouvant

Comme mentionné ci-haut, les Saguenéens ont tenu une cérémonie afin de célébrer la carrière junior de leurs présents joueurs de 20 ans. William Rouleau, Christopher Inniss et Michaël Pellerin ont chacun mérité un moment pour souligner leur passage à Chicoutimi.

L’un des plus émotifs parmi les trois était le capitaine Michaël Pellerin qui est dans l’organisation saguenéenne depuis quatre saisons.

« J’aurais bien aimé gagner en séries 2020. J’ai adoré mon passage et les Sags sont une équipe de première classe. »

En ce qui concerne les séries éliminatoires pour les hommes de Yanick Jean, elles débuteront le jeudi 5 mai à l’étranger. Toutefois, l’identité des adversaires n’est pas encore connue. Les Remparts et les Islanders de Charlottetown se disputent la première position du classement général.

Les Sags joueront leur dernier match du calendrier régulier dimanche, à 16 h, face au Drakkar à Baie-Comeau.