LNH

Letang et son frère siamois

Publié | Mis à jour

Les Penguins adhèrent visiblement au principe qu’il ne faut pas changer une formule gagnante. 

Alors qu’à Montréal et ailleurs dans la LNH on se demande constamment quels défenseurs formeront la première paire, la question ne se pose jamais à Pittsburgh. Kristopher Letang et Brian Dumoulin jouent ensemble depuis 2016, soit une éternité dans le hockey moderne.  

Ce n’est certainement pas Letang qui va s’en plaindre. La chimie qui s’est développée entre les deux joueurs au fil des ans a aidé le Québécois à connaître la meilleure saison de sa carrière offensivement en 2021-2022. Alors qu’à 35 ans ses homologues sont habituellement sur le déclin, Letang, lui, a plutôt égalé son sommet personnel avec 67 points en 77 matchs. Il lui reste une autre rencontre pour le dépasser. 

«Je ne suis pas surpris du succès qu’on a obtenu ensemble cette saison. C’est tellement rendu naturel de jouer avec lui, on n’a même plus besoin de penser sur la patinoire. Les tendances établies dans les dernières années sont devenues des automatismes», a-t-il affirmé dans le balado de TVA Sports «Lavoie-Letang», animé par Renaud Lavoie. Écoutez le dernier épisode de la saison, enregistré jeudi, ici :

Avec le temps, Dumoulin et Letang savent maintenant se trouver l’un et l’autre sur la glace, sans même se voir. 

«C’est le fun d’avoir un partenaire comme lui. On sait exactement quel jeu va être fait pour chaque situation. Ça prend des années pour en arriver là.»

De parfaits compléments  

Letang est reconnaissant envers l’organisation pour cette stabilité. 

«C’est rare dans la LNH d’aujourd’hui d’avoir la chance de jouer avec le même partenaire pendant des années. Ça change tellement de nos jours avec les transactions, les joueurs autonomes et les jeunes qui arrivent. C’est rare de pouvoir établir une aussi belle connexion avec un autre joueur.» 

Si le duo n’est jamais démantelé par Mike Sullivan, c’est parce qu’«on se complète bien depuis toujours», selon Letang.  

«Brian reste plus en arrière parce que je me porte souvent à l’attaque, mais il a aussi de bons instincts offensifs. Il est très bon défensivement, il patine bien et il fait une bonne première passe.»   

Jarry: «C'est bon signe»  

Parlant de régularité, les Penguins sont un modèle à suivre, eux qui participeront aux séries éliminatoires pour la 16e saison de suite, un record.

Ils amorceront leur parcours contre les Panthers ou les Rangers, dépendamment des résultats des derniers matchs.

Letang a-t-il une préférence? «Il y a des pour et des contre des deux côtés. Chose certaine, on va affronter une bonne équipe», a-t-il répondu sans se mouiller. 

Autre point d’interrogation : Tristan Jarry sera-t-il rétabli à temps de sa blessure? 

«Je n’ai aucune idée quand il va jouer, je ne suis pas docteur, a lancé Letang. Il était avec nous aujourd’hui dans le gym, alors c’est déjà un bon signe.»   

Cette incertitude ne l’empêche vraiment pas de dormir. 

«Casey DeSmith a prouvé par le passé qu’il peut livrer la marchandise. C’est certain qu’avec la saison que Tristan a connue, le souhait de tout le monde est qu’il soit devant le filet, mais ce sont des choses qui arrivent. Ce sera à nous de bien jouer devant Casey.»

SOMMAIRE DU BALADO :  

1re minute :

Letang commente sa saison, au cours de laquelle il a égalé un sommet personnel avec 67 points (avec encore un match à jouer) et a été épargné par les blessures. «Je suis vraiment content d’être resté en santé (il a raté seulement quatre matchs en raison de la COVID-19) et d’avoir été capable de bien performer.»

10e minute :

Letang parle de la difficulté de rester motivé lorsque ton équipe est qualifiée depuis longtemps pour les séries éliminatoires, comme c’est le cas cette année dans l’Est, où le portrait n’a pas changé depuis belle lurette. 

16e minute :

Les partisans des Penguins doivent-ils être inquiets de la blessure subie par le gardien Tristan Jarry le 15 avril? «Non, parce que Casey DeSmith a prouvé par le passé qu’il peut livrer la marchandise. C’est certain qu’avec la saison que Tristan a connue, le souhait de tout le monde est qu’il soit devant le filet, mais ce sont des choses qui arrivent. Ce sera à nous de bien jouer devant Casey.»

20e minute :

Il est question de la chimie entre Letang et Brian Dumoulin, son partenaire à la ligne bleue depuis 2016. «On se complète bien depuis toujours. C’est rare dans la LNH d’aujourd’hui d’avoir la chance d’avoir le même partenaire pendant des années. C’est tellement rendu naturel de jouer avec lui, on n’a même plus besoin de penser.»

25e minute :

Letang préfèrerait-il affronter les Panthers ou les Rangers au premier tour des séries? «Il y a des pour et des contre des deux côtés. Chose certaine, on va affronter une bonne équipe.»

29e minute :

Letang commente les décès successifs de deux légendes québécoises du hockey : Mike Bossy et Guy Lafleur. «Ce sont des moments très durs à passer pour tout le monde du hockey. On est comme une famille. J’ai eu la chance de les côtoyer et de voir à quel point ils étaient des personnes extraordinaires, au-delà des joueurs extraordinaires qu’ils étaient.»