Formule E

Mitch Evans part à la chasse à Monaco

Publié | Mis à jour

Mitch Evans a réussi à faire oublier un pitoyable début de saison en remportant les deux courses de l’E-Prix de Rome au début du mois. Une troisième victoire consécutive, cette fois à Monaco, pourrait maintenant le faire grimper au premier rang du classement.

Le pilote de l’écurie Jaguar ne l’a pas eu facile. Il partait neuvième lors de la première épreuve en sol italien et a dû remonter le peloton pour l’emporter. Le lendemain, c’est depuis la quatrième place sur la grille de départ qu’Evans a triomphé.

Pourtant, il n’avait récolté qu’un maigre point lors des trois premières courses de la saison, de sorte qu’il est quatrième au classement avec 51 points, à neuf longueurs de Jean-Éric Vergne (DS Techeetah). Une bonne sortie dans les rues de la principauté pourrait donc le placer en tête.

«Rome a été un week-end incroyable pour moi. L'équipe m'a donné une voiture de course rapide et mon championnat est de retour sur les rails, s’est réjoui Evans, selon un communiqué de Jaguar. La Formule E est incroyablement compétitive, et tout peut arriver, donc je sais que je dois offrir la même précision ici à Monaco.»

La course revêtira par ailleurs une saveur particulière pour Evans, puisque le Néo-Zélandais habite Monaco.

«Sans course en Nouvelle-Zélande, Monaco est pour moi ce qui se rapproche le plus d'une course à domicile, donc c'est encore plus spécial de courir ici et après un podium l'an dernier, je veux atteindre la plus haute marche.»

Jeu d’équilibre 

La course à Monaco se déroulera sur le même tracé que l’année dernière, pratiquement identique à celui de la Formule 1, et les virages serrés devraient être avantageux pour Jaguar. L’équipe semble en effet avoir conçu une suspension particulièrement bénéfique dans les virages à 90 degrés.

«Nous avons une suspension particulière qui fonctionne dans ce scénario. Cela fonctionne également très bien dans d'autres scénarios, mais c'est un vrai point positif», a révélé le directeur technique Phil Charles au site The Race.

Il faudra malgré tout trouver le bon équilibre dans les réglages. Trouver un compromis entre les performances en entrée de virage et en sortie de virage promet d’être hasardeux. La marge d’erreur est mince et pourrait reléguer loin derrière toute équipe qui ne trouve pas l’équilibre.

Ajoutez à cela l’effet sur les pneus, qui peuvent facilement sortir de leur zone de température optimale, et le casse-tête est entier.

«Il est facile de sortie de cette zone légèrement et soudainement, vous déboulez. C’est la raison pour laquelle le championnat est si intéressant. La constance fait foi de tout.»

«Vous devez apprendre chaque fois que vous tombez et essayer de revenir au sommet plus souvent qu'autrement. Et c’est très difficile», a concédé Charles.

L’E-Prix de Monaco aura lieu samedi et sera diffusé sur les ondes de TVA Sports.