Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Guy Lafleur et la feuille d’érable

Publié | Mis à jour

Bien qu’il soit davantage reconnu pour ses exploits dans l’uniforme du Canadien de Montréal, Guy Lafleur a aussi porté le rouge et blanc du Canada sur la scène internationale.

Le quintuple vainqueur de la Coupe Stanley a représenté son pays pour la première fois à la Coupe Canada de 1976. Dans ce tournoi réunissant les plus grandes puissances mondiales du hockey, soit le Canada, l’Union soviétique, les États-Unis, la Tchécoslovaquie, la Suède et la Finlande, Lafleur a tiré son épingle du jeu en amassant six points en sept matchs.

• À lire aussi: Guy Lafleur: la classe politique salue son départ

• À lire aussi: Guy Lafleur : idole d'un peuple

«Flower» aurait surtout pu connaître un autre grand moment dans sa carrière en inscrivant le filet vainqueur en prolongation de la finale contre les Tchécoslovaques. Au Forum de Montréal, de surcroit, Lafleur a effectué un tir qui a battu le gardien, mais Ivan Hlinka a empêché la rondelle de pénétrer en libérant le filet de ses amarres.

Malgré ce geste qui manquait d’esprit sportif, l’unifolié l’a tout de même emporté grâce à un but de Darryl Sittler.

L’année 1981 fut assez spéciale pour Lafleur au niveau international, puisqu’il a eu l’occasion de partager la glace avec la jeune vedette montante de la Ligue nationale de hockey, Wayne Gretzky. «La Merveille» et le «Démon blond» ont été jumelés sur un même trio de rêve en compagnie de Gilbert Perreault pendant cette deuxième Coupe Canada.

Encore une fois, les représentants de la feuille d’érable ont atteint la finale présentée au Forum, mais les Soviétiques ont eu le dessus dans le match décisif par la marque de 8 à 1. Avec 11 points en sept rencontres, Lafleur s’est bien démarqué, terminant deuxième meilleur pointeur de l’événement.

La même année, le Québécois a profité de l’élimination rapide du CH en séries pour disputer un premier Championnat mondial, à Gothenburg, en Suède. Le tournoi fut très difficile pour les Canadiens, qui ont terminé au quatrième rang, alors que Lafleur n’a fourni qu’une mention d’aide en sept rencontres.

Les records du «Démon blond» 

Peu de joueurs ont marqué l’organisation du Canadien de Montréal comme Guy Lafleur, et le grand ailier droit continuera de faire parler de lui bien longtemps grâce aux multiples records qu’il détient.

Le «Démon blond» a commencé à écrire sa légende dès sa quatrième saison avec le CH. Les cheveux au vent, Lafleur est devenu le premier joueur de l’équipe à amasser 100 points en une saison. Il a accompli l’exploit avec deux buts et deux mentions d’aide dans une victoire de 8 à 4 sur les Capitals de Washington, le 7 mars 1975.

C’est également lors de cette saison 1974-1975 qu’il a fracassé les records pour les buts (53), les passes (66) et les points (119) en une campagne avec le Tricolore. Lafleur a amélioré son propre exploit en y allant de 136 points, deux saisons plus tard. Dans toute l’histoire de la ligue, seuls Phil Esposito (152) et Bobby Orr (139) avaient connu de meilleures récoltes jusque-là.

En fait, il a enregistré les six meilleures saisons de l’histoire de la Sainte-Flanelle sur le plan offensif.

Dans le même ordre d’idée, «Flower» est le meilleur marqueur en une saison, avec ses 60 buts inscrits en 1977-1978. Il partage ce record avec Steve Shutt, qui avait accompli l’exploit l’année précédente.

Finalement, Lafleur est encore à ce jour celui qui mène le CH pour les points avec 1246, soit 27 de plus que l’illustre Jean Béliveau. Il est également au sommet pour les mentions d’aide (728), les filets gagnants (94), les tirs (3204) et le différentiel pour un attaquant (+470).