Canadiens de Montréal

Chantal Machabée, dévastée, promet «le plus bel hommage» à Guy Lafleur

Publié | Mis à jour

«Je m’en vais travailler pour l’équipe de Guy Lafleur». 

C’est l’une des premières phrases qu’a lancé Chantal Machabée, vice-présidente communications hockey des Canadiens, lorsqu’elle a choisi de quitter son emploi de journaliste à RDS pour joindre le CH il y a quelques mois.     

Au fil des dernières années, la femme de 57 ans a clairement et très souvent indiqué à quel point elle portait le «Démon blond» en haute estime : il était carrément son idole.

En entrevue sur nos ondes dans le cadre d’une émission spéciale consacrée au décès de monsieur Lafleur, celle qui a couvert le Tricolore pendant plus de 10 ans s’est sans surprise montrée très émotive.

Voyez l'entretien complet en vidéo principale.

«C’est difficile. J’ai beaucoup pleuré et j’ai changé mon mascara au moins quatre ou cinq fois depuis ce matin», a-t-elle d’abord confié. 

«Guy savait que je le l’aimais, car je lui disais tout le temps. Je le textais et il me répondait. Il était parfait dans son imperfection. Sur la patinoire, j’ai eu la chance de le voir jouer et c’est ce qui m’a donné envie de devenir journaliste sportive. Il était le meilleur joueur de la planète dans les années 70. Il avait un coup de patin extraordinaire, des mains agiles et un tir foudroyant.» 

«Il avait également beaucoup de charisme. Je disais souvent que Guy, c’était de la poésie sportive sur patins : les cheveux au vent, le sourire, les petites fossettes...»

52 autographes    

Chantal Machabée a ensuite raconté une anecdote très révélatrice de l’admiration qu’elle avait pour Guy Lafleur. 

«Quand j’étais petite, je réussissais à me payer des billets debout pour les matchs des Canadiens en travaillant dans une pharmacie et j’allais attendre à la sortie des joueurs pour obtenir l’autographe de Guy. Aujourd’hui, je dois en avoir 52! Il n’a jamais refusé et il était toujours souriant.»

Chantal a ensuite enchaîné avec un constat qui a immédiatement fait couler les larmes sur ses joues. 

«Ce qui est épouvantable, c’est que je me suis jointe aux Canadiens en 2022 et c’est finalement la même année qu’il a décidé de nous quitter. J’ai énormément de peine, parce que je faisais enfin partie de l’équipe de Guy Lafleur et ça, c’était extrêmement important pour moi.» 

«Il y a toutefois un aspect extraordinaire et c’est que je pourrai travailler avec les Canadiens à lui rendre ce qui sera probablement le plus bel hommage de sa vie. La petite fille de 10 ans qui lui a demandé son autographe des centaines de fois pourra maintenant lui rendre le plus bel hommage. Je trouve ça très touchant.»