MLB

Kingsbury connaît très bien les Guerrero

Publié | Mis à jour

Le skieur acrobatique Mikaël Kingbury cache certains secrets insoupçonnés par plusieurs de ses partisans : il est notamment un maniaque de baseball.

«Étant plus jeune, mon premier rêve, avant d’être champion olympique dans mon sport, c’était de jouer dans le baseball majeur», a-t-il révélé, mercredi, durant son passage au balado «Les buts remplis», propulsé par QUB radio et TVA Sports. À écouter ici:

Encore la semaine prochaine, Kingsbury espère d'ailleurs profiter d’un voyage prévu au Japon pour aller voir un match des Giants de Tokyo.

Malgré une passion qui traverse les frontières, le grand champion ne regrette évidemment pas son choix de carrière. Il compte maintenant trois médailles olympiques, mais aussi 104 médailles, dont 74 en or, sur le circuit de la Coupe du monde.

Le «king des bosses» ajoute à sa récolte 10 gros globes de cristal, à titre de vainqueur du classement général, toutes disciplines confondues, et 11 petits globes pour le classement à l’épreuve des bosses. En bref, il a remporté sa propre «Série mondiale» à plusieurs reprises.

Ancien préposé aux bâtons    

L’amour de Kingsbury pour le baseball a été nourri par de nombreuses présences au Stade olympique, lui qui a été, au passage, préposé aux bâtons pour les Expos de Montréal. Il fut également un joueur redoutable dans le baseball mineur, à l’arrêt-court, dans la région de Saint-Eustache.

«Je me souviens d’avoir visité le vestiaire des Expos quand j’étais jeune; c’était un accès privilégié, s’est-il remémoré. À l’époque où j’étais "bat boy", il y avait Vladimir Guerrero, Orlando Cabrera, Jose Vidro... Pour moi, c’était le noyau et le cœur des Expos.»

«Le plus beau moment que j’ai vécu, c’est quand Vlad avait frappé un double et que je devais aller chercher son protecteur qu’il plaçait sur sa jambe, a décrit Kingsbury. De courir vers lui et qu’il me tende l’objet pour que je le prenne, c’était vraiment spécial. Ce sont des souvenirs inoubliables.»

Un partisan d’Orlando Cabrera    

À la maison, Kingsbury conserve encore son petit uniforme des Expos de même que quelques balles autographiées, dont l’une par Cabrera, particulièrement précieuse à ses yeux.

«C’était mon joueur préféré, il était à l’arrêt-court comme moi et il avait du style, a noté Kingsbury à propos de l'ancien numéro 18, qu’il a déjà accompagné sur le terrain avant un match, soit durant les hymnes nationaux. J’aimais aussi Vladimir, mais mon grand frère [Maxime] l’avait déjà choisi comme son joueur préféré. Il fallait avoir chacun notre gars.»

Derrière les Blue Jays    

Aujourd’hui, Kingsbury se décrit comme un partisan des Blue Jays de Toronto, à défaut d’avoir toujours un club professionnel à Montréal.

«J’aime les Blue Jays, c’est certain, c’est notre équipe au Canada, mais c’est sûr que si les Expos reviennent, ça va changer complètement d’un seul coup. J’ai grandi en admirant le père [NDLR : Vladimir Guerrero] et maintenant de voir le fils, c’est quand même vraiment particulier... Je suis persuadé à 100 % que, lorsque j’étais "bat boy", le petit Vladdy était là. Je le vois encore sur le gros divan des Expos, il était assis là.»