Canadiens de Montréal

À VOIR: tête-à-tête avec «l’imposteur» de TVA Sports

Publié | Mis à jour

Cette semaine, c’est au tour du journaliste de TVA Sports «sur le beat» des Canadiens, Marc-André Perreault, d'être l'invité du balado «Femme d’Hockey». 

De Jean Béliveau à Luc Robitaille, en passant par Paul Byron et la personnalité surprenante de Milan Lucic, Marc-André a beaucoup d’histoires savoureuses à raconter, dont une fausse prise de bec avec Dustin Byfuglien. À découvrir ici dans le 58e épisode du podcast animé par Isabelle Ethier:

Dans ce balado, Marc-André :    

  • Raconte ses débuts et son parcours atypique    
  • Jase de sa réalité et de la conciliation travail-famille    
  • Propose LE voyage de hockey à réaliser   
  • Dévoile le nom du seul joueur des Canadiens qui l’a laissé sans mot    
  • Déclare son admiration pour les femmes qui se battent pour une ligue professionnelle   
  • Se confie sur son syndrome de l’imposteur       

Merci pour la carte blanche   

Même s’il exerce son métier depuis déjà plusieurs années, Marc-André se considère toujours comme «un imposteur».

«J’ai un peu le syndrome de l’imposteur, confie-t-il. Je suis juste un gars ben normal qui a la chance de couvrir le hockey. Je suis béni de faire ce métier. J’ai juste rencontré les bonnes personnes. Fiez-vous sur moi, si j’ai pu réussir, vous êtes tous capables!» 

«Jamais je n’aurais pensé faire ça dans la vie, poursuit-il. C’est ma huitième saison. C’est fou comme ça passe vite!»  

Marc-André est reconnaissant envers les patrons de TVA Sports de pouvoir parler du CH en gardant son propre style.  

«Je le fais à ma façon, avec beaucoup de légèreté et d’humour. Je suis chanceux d’avoir carte blanche à TVA Sports. Je me fais un devoir d’amener du contenu, mais je le fais à ma façon.» 

Ceux qui le suivent sur Twitter auront sans doute remarqué son grand amour des GIF. Pour lui, ce n’est qu’une façon supplémentaire d’être près des partisans. 

«J’adore échanger avec les gens sur Twitter. Les GIF, c’est une passion pour moi! C’est tellement important la proximité avec les gens. C’est ce que je veux dégager.»

Un papa d’abord    

Bien que Marc-André se sent privilégié de vivre de sa passion pour le hockey, ses deux enfants (un garçon de trois ans et une fille de 10 ans) demeurent sa priorité.  

«Avant tout, je suis un papa dans la vie, pas un journaliste sportif. Mes enfants sont ma priorité, le reste est pas mal loin. La famille passe avant tout.

«Je suis un papa présent. Il n’y a rien qui va me faire décrocher de ça. J’ai besoin de mes enfants pour garder mon équilibre.» 

La conciliation travail-famille n’est cependant pas évidente. S’il s’en sort bien, c’est grâce à l’appui indéfectible de trois femmes en particulier.  

«Organiser mon horaire demande beaucoup de gymnastique. Ça fonctionne grâce à mon entourage. Je ne pourrais pas faire mon travail sans les deux mères de mes enfants. Je les adore. Elles sont vraiment extraordinaires. Je suis chanceux d’avoir de bonnes ex! Ma mère aussi m’aide beaucoup.»  

Le balado «Femme d'Hockey», présenté par IGA, est produit en partenariat avec TVA Sports pour sa troisième saison et est diffusé chaque semaine.