MLB

Une rencontre avec le «Jerry MaGuire québécois»

Publié | Mis à jour

Le Québécois Jethro Supré n’est pas l’agent de joueurs le plus influent à graviter dans le monde du baseball, mais il prend bien soin de ses clients, un peu comme le personnage éponyme du classique film Jerry Maguire.

«Quand je mentionne aux gens que je représente des athlètes, on me fait souvent la comparaison avec Jerry Maguire, a affirmé Supré en riant, lors d’une entrevue accordée mercredi au balado Les buts remplis. Pour moi, c’est important d’être proche de mes joueurs et des familles. On travaille ensemble, tout le monde ensemble. On forme une équipe aidant l’athlète à aller au bout de ses ambitions.» Écoutez l'épisode complet ici: 

Ayant lui-même joué au baseball durant sa jeunesse, Supré note l’importance d’avoir une approche humaine.

«Représenter un joueur de baseball, ce n’est pas seulement négocier un contrat de travail. C’est d’avoir une vision pour l’athlète, lui faire comprendre à quel point l’entre-saison compte pour que la progression se poursuive, a-t-il résumé. Et moi, je dois aller chercher les ressources nécessaires pour que mes clients continuent à se développer.»

Un séjour avec les Expos 

Aujourd’hui âgé de 45 ans, Supré a un parcours fascinant. Élevé par une mère monoparentale en compagnie de ses trois sœurs dans le quartier Anjou, à Montréal, il a d’abord travaillé pour l’organisation des Expos à compter de 1998. Il aidait à organiser et accompagnait les joueurs durant les événements promotionnels.

«J’étais dans le vestiaire, pratiquement à tous les jours, avec eux pour savoir qui était disponible ou pas lorsque nous avions certaines activités, a-t-il décrit, en profitant pour saluer Richard Morency, qui lui avait offert cette chance de se joindre aux Expos. C’est là que j’ai développé de bonnes relations avec beaucoup de bons joueurs de baseball.»

«Je me souviens, à l’époque, qu’il fallait s’habiller de manière propre et j’avais tendance à porter des couleurs flamboyantes, comme le vert lime ou le rose pour mes chemises... Et à chaque fois que je rentrais dans le vestiaire, les joueurs riaient, sert Supré à titre d’anecdote. Rondell White me disait que je devais absolument me tenir avec Orlando Cabrera. Un jour, je suis allé voir Orlando pour savoir pourquoi on me disait ça et il m’a répondu : "ne fais pas attention, ils sont jaloux de la façon qu’on s’habille".»

Ce lien fut suffisant pour bâtir une belle amitié avec Cabrera, un Colombien ayant évolué à l’arrêt-court pour les Expos entre 1997 et 2004.

«J’ai découvert l’arrière-scène du baseball professionnel à travers Orlando», a admis l’agent sportif.

Ancien agent du boxeur Jean Pascal 

Son expérience avec les Expos a éventuellement tracé la route vers son métier et la création de BSE Agency, à compter de 2008. Supré tient toutefois à préciser que son premier client oeuvrait dans le monde de la boxe, soit Jean Pascal. Il s’est notamment occupé des négociations entourant le combat contre Carl Froch.

C’est plus tard qu’il est retourné à ses anciennes amours : le baseball. Supré compte parmi ses actuels clients les Québécois Charles Leblanc et Otto Lopez. Il travaille avec une quinzaine de sportifs au total, dont certains proviennent des États-Unis, de la République dominicaine et d’Aruba, petite île des Antilles.

- Le balado 100% baseball "Les buts remplis", animé par le journaliste sportif Benoît Rioux et son acolyte Sylvain Rondeau, est propulsé par TVA Sports et QUB radio.