LNH

Déclin du hockey canadien: Letang explique pourquoi

Publié | Mis à jour

«Ce n’est pas normal de voir que le talent canadien, qui a été la référence pendant plus de 100 ans, est en train de se faire dépasser par les Américains. Ça me dit qu’il y a un problème au niveau du développement au pays.»

Renaud Lavoie a soulevé cette hypothèse pour tenter d’expliquer pourquoi il y a de moins en moins de joueurs canadiens parmi les meilleurs buteurs de la LNH. Pour Kristopher Letang, qui vit depuis longtemps aux États-Unis, c'est surtout une question d'argent, a-t-il indiqué dans le balado de TVA Sports «Lavoie-Letang», enregistré mercredi. À écouter ici:

«Si on parle de ressources, il y a beaucoup d’argent investi dans le hockey américain comparativement au hockey canadien. Il n’y a pas de doute là-dessus, a assuré le défenseur des Penguins de Pittsburgh. Le hockey est plus populaire partout aux États-Unis. Même dans les endroits où le hockey n’était pas populaire, beaucoup d’argent a été injecté pour permettre aux jeunes d’apprendre à jouer.»

Selon Letang, il y a un immense fossé entre le Canada et les États-Unis. Et ce dès un très jeune âge. 

«Le hockey mineur ici versus celui que je connais au Québec, ce n’est pas la même game pantoute! Dès l’âge de 5-6 ans, il y a du budget. Tous les jeunes du même âge vont jouer ensemble toute leur vie. Moi, j’ai joué avec une panoplie d’enfants. L’argent injecté pour créer des programmes, il n’y a rien qui accote ça au Canada, personne n’investit autant d’argent. C’est le début du problème.» 

Letang a cependant tenu à apporter une nuance importante. 

«En même temps, le hockey de la LNH a beaucoup changé aussi. Ça ressemble beaucoup plus au hockey collégial. En comparaison, le hockey junior était auparavant la copie conforme du hockey qu’on voyait dans la LNH. Le hockey est en train de changer.» 

En constante expansion 

En plus de l’aspect financier, la mentalité différente des Américains joue un grand rôle dans cette transformation, croit Letang. 

«Depuis que je vis aux États-Unis, je remarque que les gens investissent de gros montants d’argent pour leurs enfants à partir de l’âge de cinq ans. Ils passent plus de temps à s’occuper des sports de leurs enfants qu’à travailler, c’est incroyable. La vision américaine des sports est complètement différente qu’à l’époque où j’ai grandi au Québec. Ce n’est pas vu comme un loisir, mais comme un plan à long terme.» 

Dans cette optique, rien n’est laissé au hasard. 

«L’argent est investi dans les installations et pour les entraîneurs, qui se concentrent beaucoup sur les habiletés individuelles. Il y a un gym dans le vestiaire, un endroit pour pratiquer ses tirs et un autre pour améliorer le coup de patin. Dès l’âge de 6-7 ans, ils sont traités presque comme des professionnels! Qu’ils soient bons ou non, c’est comme ça aux États-Unis.» 

Malgré toutes les sommes dépensées, «le hockey ne sera jamais le sport numéro un des États-Unis, reconnaît Letang, mais le hockey est en train d’exploser et va continuer de le faire». «C’est un sport qui prend de plus en plus d’ampleur.» 

Pour la première fois de l'histoire de la LNH, le Canada pourrait se retrouver avec aussi peu que deux joueurs dans le top 20 des buteurs cette saison.

Dans les faits, le Canada n'a même jamais eu moins de six représentants. Seuls Connor McDavid, des Oilers d'Edmonton, et Matt Duchene, des Predators de Nashville, se retrouvent actuellement parmi les 20 premiers.   

SOMMAIRE DU BALADO : 

1re minute :

Kristopher Letang revient sur la mauvaise séquence que traversent les Penguins (3-6-1 à leurs 10 derniers matchs). «Il n’y a pas d’excuses, on doit mieux jouer et trouver une façon de gagner, mais en même temps, la marge d’erreur est tellement mince. On perd beaucoup de matchs par un but.» 

7e minute :

Letang louange les Hurricanes, qui montrent selon lui «la meilleure éthique de travail de la ligue». «C’est Rod Brind’Amour qui amène cette identité à toute l’équipe.»

11e minute :

Letang commente la suspension de quatre matchs imposée à Evgeni Malkin pour un double-échec au visage de Mark Borowiecki, des Predators. «Je ne veux pas défendre Evgeni, mais je ne pense pas que c’était son intention de frapper Borowiecki au visage. Ce n’est pas son genre.»

16e minute :

Letang considère-t-il Malkin comme l’un des 100 meilleurs joueurs de l’histoire de la LNH, comme le croit Mike Sullivan? «Ben oui! C’est complètement absurde qu’il ne faisait pas partie du top 100 de tous les temps.»

24e minute :

Kris et Renaud tentent de comprendre pourquoi il y a de moins en moins de joueurs canadiens parmi les meilleurs buteurs de la LNH. 

Letang parle de la vision différente des Américains quant au développement sportif de leurs enfants, axé sur les habiletés individuelles.