Crédit : Photo Martin Chevalier

Canadiens de Montréal

Un inestimable «cadeau» de Marc Bergevin au CH

Publié | Mis à jour

Marc Bergevin a quitté Montréal depuis un bon moment déjà, mais avant de quitter, il a laissé au club un «cadeau» qui pourrait devenir l’une des pièces maîtresses de l’actuelle reconstruction des Canadiens. 

Le 4 septembre dernier, l’ancien DG du Tricolore mettait la main sur Christian Dvorak, alors membre des Coyotes de l’Arizona. Attendez avant de nous lancer un 25 livres de tomates bien juteuses: Dvorak n'est pas la fameuse offrande. Un peu de patience. 

À l’origine, la compensation offerte pour le joueur de centre était celle-ci: un choix de premier tour en 2022, qui devait être le meilleur entre celui du CH et celui des Hurricanes (donné au Tricolore en marge de l’offre hostile faite à Jesperi Kotkaniemi) et un choix de deuxième tour en 2024. 

Mais avant d’officialiser le tout, Bergevin avait imposé une condition aux Coyotes. Une condition qui prend tout son sens aujourd’hui.

Dans l'éventualité où l'un ou les deux choix de premier tour (Montréal ou Caroline) seraient parmi les 10 meilleurs à l'issue de la saison, les Canadiens enverraient alors en Arizona le premier choix le plus lointain entre le leur et celui des «Canes».

Hier, le revers du CH devant les Jets de Winnipeg a confirmé que le club allait assurément repêcher parmi les dix premières équipes en juillet. La condition imposée en septembre par Bergevin est donc officiellement entrée en vigueur : c’est le choix de la Caroline qui deviendra la propriété des Coyotes. 

Imaginez... Sans l’insistance de Bergevin, le CH aurait pu connaître une saison de misère... et repêcher en toute fin de première ronde! 

Tout ça pour Dvorak qui, bien que meilleur dernièrement, est loin d'être la huitième merveille du monde.

Devin? Responsable? Visionnaire? Allez savoir. Mais Geoff Molson en doit une «sincère» à son ancien DG, pour celle-là!