Canadiens de Montréal

Peu de soirées tranquilles pour Samuel Montembeault

Publié | Mis à jour

Depuis le début de la saison, le gardien Samuel Montembeault n’a pas eu droit à trop de répit en amorçant une rencontre et le Canadien de Montréal peut le remercier pour l’avoir sauvé de quelques dégelées supplémentaires.

Lundi, le Québécois a fait face à 34 rondelles dans un revers de 4 à 2 aux mains des Jets de Winnipeg. Après avoir effectué son 26e départ de la campagne, l’ancien des Panthers de la Floride a désormais affronté 984 lancers en 2021-2022. Aussi, parmi les parties qu’il a entamées, seulement trois ont constitué pour lui une soirée de travail inférieure à 20 tirs. Et dans ces trois rencontres, il a été remplacé en cours de route. 

Le dernier départ de Montembeault durant lequel il n’a pas reçu au moins 20 lancers est celui du 15 mars contre les Coyotes de l’Arizona; il avait cédé quatre fois en sept occasions avant de prendre le chemin du banc au début de la deuxième période. Durant la fin de semaine des 29 et 30 janvier, les Oilers d’Edmonton et les Blue Jackets de Columbus lui avaient la vie dure, l’entraîneur à l’époque, Dominique Ducharme, devant le remplacer durant la partie.

Une constante 

Ainsi, Montembeault reçoit passablement de caoutchouc depuis ses débuts avec le Tricolore, le 14 octobre. Dans 21 de ses matchs, il a reçu 30 tirs ou plus. À cinq reprises, l’adversaire l’a testé une quarantaine de fois ou davantage. Les duels du 1er janvier face aux Panthers (48), ainsi que des 18 et 20 janvier contre les Stars de Dallas (51) et les Golden Knights de Vegas (53) ont été les plus exigeants à ce chapitre.

À partir du 1er mars, le gardien a commencé neuf joutes et dans seulement deux d’entre elles, il a affronté moins de 30 rondelles.

Le Canadien visitera les Blue Jackets de Columbus, mercredi, et si Carey Price ne peut revenir au jeu, ce sera à nouveau au natif de Bécancour de prendre le relais, puisque Jake Allen est sur le carreau.