Crédit : Photo d'archives, AFP

Cyclisme

Deux crevaisons privent Hugo Houle de l'échappée

Publié | Mis à jour

Les attaques ont fusé de partout au début de la cinquième étape du Tour du Pays basque vendredi et Hugo Houle a répondu à l’appel. C’est toutefois lorsqu’il a changé de vélo pour une deuxième fois en raison d’une crevaison que l’échappée a pris la fuite sans lui.

Six cyclistes sont parvenus à distancer le peloton avec 100 kilomètres à faire, dont les Espagnols Pello Bilbao (Bahrain-Victorious) et Marc Soler (UAE Emirates), respectivement 6e et 14e au classement général provisoire.

Il n’en fallait pas plus pour voir l’équipe Jumbo-Visma de Primoz Roglic et la Quick-Step Alpha Vinyl de Remco Evenepoel répliquer afin de mettre de la pression sur le groupe de tête.

«Ç’a été une course très intense dès le départ, attaque par-dessus attaque. J’ai été à l’affût pour prendre l’échappée et ç’a été toute une bagarre pendant les 60 premiers kilomètres. Au final, je ne suis pas trop déçu de ne pas l’avoir prise (l’échappée) avec ces coureurs», a déclaré Hugo Houle.

Houle, James Piccoli et les autres membres de la formation Israel-Premier Tech ont épaulé le Canadien Michael Woods au fil des 163 kilomètres de ce parcours montagneux.

«On a voulu le soutenir dès le départ et je pense qu’on a fait du bon travail. Mike (Woods) se sent mieux et on a réussi à bien travailler en tant qu’équipe», a commenté Piccoli, 38e du jour (+3 minutes 19 secondes).

Le Montréalais a été plutôt malchanceux depuis le début du calendrier. Il a été victime d’une chute à Paris-Nice et a contracté un virus à deux occasions, ce qui l’a tenu à l’écart de la compétition durant quelques semaines. Il s’est dit satisfait de sa forme à son retour et estime que c’est de bon augure pour les prochaines courses.

De son côté, Hugo Houle a accompagné Michael Woods jusqu’à l’ultime montée avant de ralentir pour rentrer à bon port. Il a conclu en 58e place (+6 minutes 30 secondes), tandis que Woods a pris le 16e rang (+1 minute 15 secondes).

«J’ai tenté de l’aider au maximum et j’ai pu rester près de lui pour le remonter à des moments clés. À la montée finale, c’était trop vite pour moi et je n’avais pas la chance de faire quelque chose de spécial, alors j’ai décidé de finir en douceur et de garder mon énergie», a déclaré Houle.

Également en action, le Québécois Antoine Duchesne de Groupama-FDJ a fini 68e (+13 minutes 1 seconde). Son coéquipier français David Gaudu a été le meilleur de son équipe et a terminé 15e (+1 minute 11 secondes).

James Piccoli est présentement le Québécois le mieux classé au général, au 60e rang. Hugo Houle et Antoine Duchesne sont respectivement 68e et 71e.

Première victoire de Carlos Rodriguez

L’Espagnol Carlos Rodriguez (Ineos-Grenadiers) s’est échappé aux côtés de son compatriote Marc Soler à 60 kilomètres de l’arrivée. Il a cependant été le seul à tenir le coup jusqu’à la fin pour l’emporter en solo et signer la première victoire de sa carrière.

Son coéquipier colombien Daniel Felipe Martinez a fini deuxième avec un retard de 7 secondes, suivi de près par le Belge Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl, +9 secondes).

Grâce à cette performance, Evenepoel a pris la tête du classement général provisoire et détient une priorité de 2 secondes sur Daniel Felipe Martinez.

Le champion en titre de l’événement, Primoz Roglic (Jumbo-Visma), a dû céder le maillot de meneur après avoir perdu du terrain dans l’ascension finale. Le Slovène s’est finalement classé 19e (+1 minute 15 secondes) parmi un groupe de sept coureurs, dont Michael Woods, et pointe désormais au 8e échelon (+1 minute 5 secondes).

L’étape-reine ne sera pas de tout repos samedi et la lutte s’annonce féroce en conclusion de ce 61e Tour du Pays basque.

«Ce sera court (135,7 kilomètres), mais il y aura de longues montées. La course va être très intense et il peut se passer bien des choses. La victoire risque de se jouer demain et il devrait y avoir un groupe très sélect devant. Pour nous, ce sera 100% Mike. Il est 21e et peut monter au classement général. On va faire tout ce qu’on peut pour l’aider», a conclu Hugo Houle.