MLB

Le baseball majeur à Montréal: «c’est mort» - Mitch Garber

Publié | Mis à jour

Si le dossier du retour du baseball majeur à Montréal a créé peu de vagues dans les derniers mois, c’est qu’il semble bel et bien mort.

L’arrivée à échéance de l'ancienne convention avait été évoquée comme un facteur qui a mis fin aux discussions, puisque ce problème aurait pu nuire dans les négociations afin de trouver un terrain 

Or, même si le baseball majeur et son Association des joueurs ont signé un nouveau pacte au mois de mars, le baseball semble toujours s’éloigner de la Belle Province.

«Quand Stephen [Bronfman] a dit que c’est mort, peut-être qu’on n’a pas eu des funérailles, mais pour l’instant, c’est mort, a avoué l’homme d’affaires Mitch Garber, membre du Groupe Baseball Montréal, de passage à l’émission "Zone Économie", sur les ondes de RDI. Ça ne veut pas dire que ça ne peut pas renaître, mais c’est vraiment une histoire triste, un peu dommage. On peut toujours espérer, mais honnêtement, c’est vraiment peu probable. [...] Un miracle peut-être pas, mais presque.»

C’est donc dire que le refus du projet des villes-sœurs entre Montréal et Tampa, qui prévoyait la garde partagée des Rays de Tampa Bay, par le circuit Manfred en janvier, a eu l’effet d’un véritable coup de massue.

«Nous avons tous reçu une claque au visage», avait lancé Stephen Bronfman, l’homme à la tête du projet, lors de la conférence de presse suivant le refus.

«Il y a plus de deux ans, le baseball majeur a donné le feu vert aux Rays pour poursuivre leur projet de villes-sœurs et, à plusieurs reprises, a publiquement soutenu cette vision innovante. C’était peut-être trop pour les gens sur le comité, mais c’est difficile pour nous à digérer parce qu’ils ont dit oui à tellement de reprises. Et à la fin, ils ont dit non.»

Crédit photo : TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Toujours des problèmes 

Même si le baseball majeur a écarté du revers de la main le projet des villes-sœurs, il n’en demeure pas moins que l’organisation des Rays est aux prises avec d’importants problèmes.

Son bail au Tropicana Field de St. Petersburg prendra fin au terme de la saison 2027. Le propriétaire Stuart Sternberg doit donc toujours trouver une solution, lui qui a répété à maintes reprises ne pas vouloir déménager son club, tout en affirmant qu’il était impossible de faire vivre un club du baseball majeur dans la région.

«Je n’ai pas l’intention de vendre ni de déménager l’équipe à l’extérieur de la région, avait soutenu le propriétaire. Nous allons explorer nos options dans la région. Notre but a toujours été de rester présents à Tampa pour les générations futures.»

Un plan pour un nouveau stade en Floride est d’ailleurs attendu d’ici 2023.