Crédit : Photo AFP

LNH

Une équipe affamée de passage au Centre Bell

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal renouera avec ses partisans, mardi soir, mais les Sénateurs d’Ottawa sont en pleine confiance et ont tous les outils requis pour gâcher les retrouvailles.

Avec Mathieu Joseph en tête, les «Sens» ont fait voir des étoiles aux Red Wings de Detroit la fin de semaine dernière, l’emportant 5 à 2 vendredi et dimanche. Même si le Tricolore a gagné ses deux confrontations face à Ottawa cette saison, il ne peut crier victoire à l’avance; la formation montréalaise occupe après tout la cave du classement général de la Ligue nationale de hockey. 

Joseph a été la bougie d’allumage des siens contre les Wings grâce à ses sept points, incluant un tour du chapeau dans le match-aller de la série. Dans le duel-retour du weekend, c’est Josh Norris qui s’est mis en évidence avec un autre triplé. Il est le premier hockeyeur de la concession depuis Milan Michalek en 2011-2012 à atteindre le plateau des 30 filets en une campagne.

Aussi, les Sénateurs ne se laissent pas décourager dans les mauvais moments et le Canadien devra travailler sans cesse pour en venir à bout. Norris symbolise d’ailleurs son équipe par son comportement sur la glace.

«Ce qui me paraît le plus évident, c’est que l’an passé, il laissait un mauvais match le perturber. [Dans une rencontre], lui et Tim [Stützle] évoluaient ensemble et ils étaient à -3 au milieu de la deuxième période. Ils auraient dit que s’ils avaient pu se sauver de là en empruntant un tunnel sous la patinoire, ils l’auraient fait. Ils se faisaient malmener et vous ne voyez pas cela maintenant», a déclaré l’entraîneur-chef D.J. Smith au quotidien «Ottawa Sun».

«S’il se retrouve à -1 ou -2, vous le verrez creuser encore plus et forcer l’adversaire à se défendre. Il apprend réellement à devenir un professionnel», a poursuivi Smith.

Transportés par l’émotion 

En dépit de leur exclusion des éliminatoires, les Sénateurs peuvent se motiver en gardant bien en tête leur ancien propriétaire Eugene Melnyk, décédé la semaine passée. Ils ont déjà ajouté une bonne dose d’émotion à leur jeu, dimanche, en livrant une solide performance à leur première joute locale depuis la mort de l’homme d’affaires. Smith s’attend à ce que cette inspiration se manifeste sur une longue période et que les joueurs de talent puissent mener l’organisation vers les échelons supérieurs dans les années à venir.

«Les gars sont au courant de la situation. Les gens disent qu’il a sauvé le club ici. Sa seule vision étalée dans le temps et sa patience ont permis à ces jeunes joueurs de grandir, a affirmé Smith à propos de l’héritage de Melnyk. Son objectif était d’offrir un championnat à cette ville. Il est parti et n’a pu voir tout cela se concrétiser, mais les morceaux sont en place avec ces jeunes. Ça prendra du temps. Il ne s’agit pas de préciser un échéancier. Quand ce groupe se formera, vous verrez là ce que certaines des meilleures équipes de la ligue comme Tampa Bay et le Colorado font.»